WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Compositeurs (orgue) > Johann Jakob Froberger
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Bach, Carl-Philipp-Emanuel
Bach, Jean-Sébastien
Bach, Wilhelm Friedemann
Claude Balbastre (France)
John Blow, organiste anglais
Georg Böhm (D)
Joseph Bonnet (France)
Dietrich Buxtehude
William Byrd, Angleterre
Jacques Charpentier (F)
Louis-Nicolas Clérambault
Michel Corrette
Jean-François Dandrieu (F)
Louis-Claude Daquin
Jeanne Demessieux (France)
Jacques Duphly
Rolande Falcinelli (F)
Girolamo Frescobaldi
Johann Jakob Froberger
Photos: J.J. Froberger
Johann-Joseph Fux
Giovanni Gabrieli
Orlando Gibbons (GB)
Nicolas Gigault
Eugène Gigout (France)
Nicolas de Grigny, France
Guilmant, Felix-Alexandre (F)
Haendel, Georg-Friedrich
Gilles Jullien (Chartres)
Johann Kuhnau
Guillaume Lasceux
Nicolas Lebègue
Louis-James-Alfred Lefébure-Wély
Jean-Pierre Leguay (F)
Nicolas Jacques Lemmens (B)
Gaston Litaize (F)
Louis Marchand
Johann Mattheson (D)
Félix Mendelssohn-Bartholdy (D)
Georg Muffat
Jean-Baptiste Nôtre
Johann Pachelbel
Michael Praetorius
Max Reger (Allemagne)
Johann-Adam Reincken
François Roberday
Jan Pieterszoon Sweelink
Jean Titelouze
Charles Tournemire (France)
Louis Vierne, compositeur français
Charles-Marie Widor
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Johann Jakob Froberger


Johann-Jakob Froberger, compositeur allemand

 

Ouvrages et sites Internet consultés :

 


Johann Jakob FROBERGER , musicien et compositeur pour l'orgue au 17ème siècle , en Allemagne, est né à Stuttgart en 1616 et décédé subitement au château d'Héricourt , près de Montbéliard (F), en 1667 . Ce compositeur est l'une des figures marquantes de la musique d'orgue et de clavecin au 17ème siècle en Allemagne et en Europe. Peu de compositeurs de cette époque ont autant voyagé que Froberger ! Le père de Johann Jakob fut Maître de chapelle à la Cour de Stuttgart. Johann Jakob Froberger fut quelques mois organiste à la Cour de Vienne , vers 1637. Il part ensuite en Italie étudier l'orgue et sa musique auprès du célèbre Frescobaldi , à Rome. Il revient à Vienne en 1641 et reprend ses fonctions d'organiste à la Cour de Vienne.

Toutefois, l'envie de voyager est forte. Il parcourt l'Europe de 1645 à 1653, puis à nouveau depuis 1657. Il se met au service de l'Archiduc Léopold à Bruxelles, vers 1650. En 1652, il effectue un voyage à Paris où un important concert est donné en son honneur à l'église des Jacobins. Froberger, grâce à ses voyages nombreux et à ses études auprès des plus grands compositeurs de l'époque, notamment Frescobaldi (Italie) et ses contemporains français du 17ème siècle, est l'initiateur et le promoteur du " mouvement des goûts réunis " qui fut si cher à Fr. Couperin , au 18ème s. La musique de Froberger influença également de manière importante des compositeurs comme J.S. Bach et Haendel . Les " goûts réunis ", c'est une manière d'écrire la musique pour clavier en associant des éléments stylistiques allemands, italiens, français et anglais. La majorité de ses compositions sont destinées au clavier (orgue, clavecin). Il composa des toccate , ricercari , fantaisies , suites , etc pour le ou les claviers. Froberger termina sa vie au service de la duchesse Sibylla de Wurtemberg, ce qui explique sa présence au château d'Héricourt et dans la région de Montbéliard, en 1667, à son décès. Ses oeuvres ne furent pas éditées de son vivant, sauf la Fantaisie sur l'Hexacorde [ * ] (édition à Rome, en 1650, par A. Kircher). Une autre de ses pièces figure dans le recueil Fugues et Caprices de Roberday (en 1660). L'essentiel des oeuvres de Froberger sera publié à Mayence, en 1695, sous le titre : Diverse ingegnosissime, rarissime et non maj piu viste curiose Partite (1693) et Diverse curiose e rarissime partite (1695). Il existent encore des manuscrits qui prouvent l'intérêt que les contemporains de Froberger portaient à son oeuvre.


Parmi les compositeurs qui exercèrent une nette influence sur Froberger, il faut citer le claveciniste français Jacques Champion de Chambonnières (1601 ou 1611 [?] à 1672). Il était fils et petit-fils d'organistes. A 11 ans, Chambonnières devint joueur d'épinette à la Chambre du Roi, puis organiste à la chapelle royale. Le clavecin fut assez rapidement son instrument de prédilection, plus riche et plus contrasté que le luth. Chambonnières est, selon les critiques, le fondateur d'une authentique Ecole de Clavecin française . A la mort de son père, il obtint le poste de Claveciniste du Roi, titre qu'il garda jusqu'à sa mort, malgré une période de disgrâce (exil aux Pays-Bas de 1656 à 1662). Il meurt à Paris en 1672 deux ans après la publication de ses deux livres de Clavecin. La rencontre entre Chambonnières et Froberger eut lieu en France en 1652.


Oeuvres rééditées : Oeuvres complètes pour clavier , éditées par G. Adler. Oeuvres choisises publiées par Farrenc dans Le Trésor des Pianistes, Paris 1866. Des pièces d'orgue furent rééditées à Kassel en 1951. Les oeuvres complètes pour clavier reparaissent en 1979, et en 1992. Ces oeuvres pour orgue et clavecin comprennent des toccate , caprices , ricercari , fantaisies , suites et fragments de suites .


( [ * ] L'hexacorde désigne, en contrepoint, un polycorde (ensemble de plusieurs notes) de 6 notes conjointes, par exemple : do, ré, mi, fa, sol, la ) .


Ecrire sur la vie de Froberger est pour nous l'occasion de présenter un grand orgue en la Stiftskirche de Stuttgart , sa ville natale. Un premier orgue est signalé en cette Stiftskirche en 1381 ! D'autres instruments suivirent en 1621, en 1668. En 1807, il y avait un grand instrument de 64 jeux, d'abord placé dans le choeur de l'église où il ne s'encastrait juste pas (mesurant 15 m de large contre 11 m pour la largeur du choeur !). C'est le facteur Eberhard Friedrich Walcker qui le plaça en tribune à l'ouest en le portant à 80 jeux. En 1944, cet orgue Walcker, véritable légende de la facture allemande, fut pratiquement complètement détruit par les bombardements. Un nouveau " Walcker " de 86 jeux fut reconstruit après la reconstruction de l'église. Un orgue du facteur allemand Konrad Mühleisen - Orgelbau , GmbH / Leonberg est venu remplacer le grand Walcker en 2004 . Des dons pour une valeur de 866'000.- euros ont pu financer ce projet superbe d'un coût de 1,7 millons d'euros. La Stiftskirche de Stuttgart fut commencée en 1170 et plus de 100 membres de la noble Maison de Wurtemberg furent inhumés dans ce sanctuaire. Après de longs travaux de restauration et de reconstruction, cette église fut à nouveau ouverte en juillet 2003.

 

Composition de l'orgue K. Mühleisen ci-dessus , en la ville natale de Froberger :

Clavier 1 (Positif de dos) avec Principal 8', Bifara 8', Gedeckt (Bourdon) 8', Quintade (jeu de 8' avec mise en évidence de la Quinte) 8', Oktave 4', Rohrflöte (Flûte à cheminée) 4', Sesquialtera 2r, Oktave 2', Flöte 2', Quinte 1 1/3', Scharff (Mixture aiguë) 4r, Fagott (Basson) 16', Trompete 8', Krummhorn (Cromorne) 8', Zimbelstern à 8 cloches, Carillon (Glockenspiel) avec Sourdine enclenchable, Tremulant.

Clavier 2 (Grand-Orgue) avec Principal 16', Bordun (Bourdon) 16', Principal 8', Flûte harmonique 8', Gemshorn (Cor de chamois) 8', Rohrflöte 8', Viola da Gamba 8', Oktave 4', Mixtur major 4r, Mixtur minor 5r, Cornett (à partir de g°) 5r, Trompete 16', Trompete 8', Chamade 8'.

Clavier 3 (Récit expressif) avec Salicional 8', Principal 8', Concertflöte 8', Salicional 8', Unda Maris à partir de c°, Bourdon 8', Principal 4', Traversflöte 4', Nasard 2 2/3', Waldflöte (Flûte champêtre) 2', Terz (Tierce) 1 3/5', Septime 1 1/7', Piccolo 1', Mixtur 4r, Trompete 8', Clarinette expressive 8', Vox Humana 8', Glocken (Cloches) de G - g1, Tremulant.

Clavier 4 (autre Récit) avec Lieblich Gedeckt (Bourdon aimable) 16', Geigenprincipal (Violon Principal) 8', Holzflöte (Flûte en bois) 8', Lieblich Gedeckt 8', Gamba 8', Aeoline 8', Vox coelestis 8', Principal 4', Fugara 4', Flûte octaviante 4', Flautino 2', Progression harmonica (Mixture progressive) 3-5r, Tuba 16', Trompette harmonique 8', Oboe 8', Clairon 4', Tremulant.

Pédalier = Principal 32', Grand Bourdon 32', Principal 16', Subbass 16', Offenbass (Basse ouverte) 16', Harmonikabass 16', Octavbass 8', Bourdon 8', Violoncell 8', Quinte 5 1/3', Choralbass 4', Hintersatz 4r, Kontraposaune (Contre-Trombone) 32', Posaune 16', Fagott 16', Trompete 8', Clarine 4'.

Traction mécanique des notes et accouplements mécaniques, et électrique pour le 4ème clavier. Registres à traction double, mécanique et électrique. Combinateur électronique. Accouplements : I/II, III/II, IV/II, III/I, IV/I, IV/III, I/P, II/P, III/P, IV/P, IV/IV 4', IV/IV 16', IV/III 16', IV/II 16', III/III 16', IV/P 4'.


[ Bifara : souvent synonyme du jeu Piffaro , donc constitué de tuyaux de 8' avec 2 bouches superposées produisant un effet "céleste" ou ondulant ].

 

En rubrique attenante de cette page, nous donnons 2 illustrations de la Stiftskirche de Suttgart et de son Grand Orgue. Cliquer sur les images pour les agrandir. [Crédit: //de.wikipedia.org/ et www.orgelbau-muehleisen.de/ ].  


Orgue actuel de la Stiftskirche de Stuttgart: ci-dessous, à droite

Orgue de la Stiftskirche de Stuttgart. Crédit: http://145.253.206.229/stuttgart2006/stiftskirche/

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 VTX Webpme. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by VTX
Retour Homepage