WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Compositeurs (orgue) > Nicolas Gigault
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Bach, Carl-Philipp-Emanuel
Bach, Jean-Sébastien
Bach, Wilhelm Friedemann
Claude Balbastre (France)
John Blow, organiste anglais
Georg Böhm (D)
Joseph Bonnet (France)
Dietrich Buxtehude
William Byrd, Angleterre
Jacques Charpentier (F)
Louis-Nicolas Clérambault
Michel Corrette
Jean-François Dandrieu (F)
Louis-Claude Daquin
Jeanne Demessieux (France)
Jacques Duphly
Rolande Falcinelli (F)
Girolamo Frescobaldi
Johann Jakob Froberger
Johann-Joseph Fux
Giovanni Gabrieli
Orlando Gibbons (GB)
Nicolas Gigault
Eugène Gigout (France)
Nicolas de Grigny, France
Guilmant, Felix-Alexandre (F)
Haendel, Georg-Friedrich
Gilles Jullien (Chartres)
Johann Kuhnau
Guillaume Lasceux
Nicolas Lebègue
Louis-James-Alfred Lefébure-Wély
Jean-Pierre Leguay (F)
Nicolas Jacques Lemmens (B)
Gaston Litaize (F)
Louis Marchand
Johann Mattheson (D)
Félix Mendelssohn-Bartholdy (D)
Georg Muffat
Jean-Baptiste Nôtre
Johann Pachelbel
Michael Praetorius
Max Reger (Allemagne)
Johann-Adam Reincken
François Roberday
Jan Pieterszoon Sweelink
Jean Titelouze
Charles Tournemire (France)
Louis Vierne, compositeur français
Charles-Marie Widor
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Nicolas Gigault


Nicolas Gigault, compositeur français

Orgue Clicquot / Gonzalez de St-Nicolas-des-Champs. Crédit: www.uquebec.ca/musique/orgues/

Liens Internet divers à ouvrir :





 


Nicolas Gigault est né et décédé à Paris ( 1627 - 1707 ). On ne sait pas exactement qui lui a enseigné l'art de jouer de l'orgue, du clavecin et qui lui a enseigné la composition. On sait qu'il fut successivement organiste à l'église St-Honoré (1646), à St-Nicolas-des-Champs (1652), au prieuré St-Martin-des-Champs (1673), à l' Hôpital du St-Esprit (1685). Il se maria une première fois en 1662 (il eut 5 enfants), et une seconde fois en 1700. Ce fut un expert en facture d'orgues, bourgeois respecté, possédant lui-même plusieurs instruments à son domicile, dont, semble-t-il un orgue de salon. Il fit partie du jury qui nomma J.Ph. Rameau comme organiste à l'ancienne église de la Madeleine-en-la-Cité , à Paris, en 1706. On pense qu'il a pu être l'un des maîtres de Lully .

Il est l'auteur d'un Livre de musique dédié à la Très Sainte Vierge (1683) contenant des pièces convenant tant à l'orgue qu'au clavecin ou à d'autres instruments comme la viole, le luth. On y trouve aussi divers Noëls . Il composa aussi un Livre de musique pour l'Orgue (en 1685). Ce dernier ouvrage est important, car il contient quelque 184 pièces d'orgue : des messes, des morceaux groupés en six séries suivant les tons de l'Eglise, un Te Deum à 21 versets et quatre pièces du huitième ton. Cet ouvrage est probablement l'un des plus importants de la Musique d'Orgue en France en la fin du 17ème siècle. Certains critiques jugent la musique de Gigault empreinte de "monotonie" ou de "sécheresse", bien qu'elle témoigne d'une virtuosité, aux claviers, assez importante. Gigault fit des emprunts, dans ses compositions, aux thèmes grégoriens. Il aimait aussi écrire "à la manière" de Frescobaldi ou de Titelouse , notamment. Ses compositions ne furent destinées qu'à l'usage liturgique, uniquement. Il connaissait assez bien l'Art Italien et il fut l'un des premiers, en France, à écrire des pièces à cinq voix (polyphonie), en imitant les symphonies lullystes.

Remarque: le prieuré de St-Martin-des-Champs, voisin de Saint-Nicolas-des-Champs, est actuellement le Musée des Arts et Techniques et le siège de l'Ecole des Arts et Métiers. [Merci à M. D. Guiraud de Willot pour ses précieuses corrections: cliquer ici ]. La Paroisse de St-Martin-des-Champs recèle une église plus moderne équipée d'un orgue Cavaillé-Coll: ne pas confondre !


Ecrire au sujet de Nicolas Gigault , c'est aussi évoquer les orgues de l'église parisienne de Saint-Nicolas-des-Champs .


St-Nicolas-des-Champs : cette vaste église est construite sur les ruines d'une abbaye du 8ème siècle. Elle fut romane à l'origine (vers 1184), puis reconstruite au 15ème siècle, et agrandie au 16ème siècle, et enfin complétée au 17ème. Fermée à la Révolution, elle fut rendue au culte en 1802, et restaurée de 1823 - 29. Les orgues de ce sanctuaire parisien ont une histoire complexe : un orgue médiéval est signalé au 15ème s. Un orgue neuf est construit, plus tard, par le facteur Paul Maillard au début du 17ème siècle. Un orgue plus vaste est commandé en 1632. Le grand corps central du buffet est encore présent entre les ailes ajoutées en 1776. Gigault fit réaliser des travaux assez importants sur cet instrument, avec l'ajout d'un 5ème clavier.

Dès 1700 , l'entretien et l'agrandissement de l'instrument sont confiés à Robert Clicquot . La "famille" Clicquot sera au chevet de cet orgue durant le 18ème siècle ( Louis-Alexandre puis François-Henri ). Un marché pour un orgue neuf est conclu en 1772. Cet orgue Clicquot sera définitif en 1776 , lors de l'inauguration par, notamment, Claude Balbastre . Au début du 19ème siècle, Dallery remet en état l'instrument. D'autres facteurs suivront au chevet du grand orgue, lequel finit par être injouable à la fin de la Première Guerre mondiale. En 1926, on se met d'accord pour garder l'édifice sonore de l' orgue Clicquot , pour remettre à neuf la traction mécanique, pour installer une machine Barker ( * ) et pour ajouter un Récit romantique. C'est le grand facteur Victor Gonzalez qui se verra confier le travail. L'orgue sera inauguré en février 1930 . Des titulaires prestigieux (Michel Chapuis, Jean Boyer) ne parvinrent pas à obtenir une restauration en profondeur de cet orgue monumental. Dans des textes très récents, lisibles dans des sites Internet informés, on fait remarquer que l' orgue Clicquot / Gonzalez de St-Nicolas-des-Champs est dans un état médiocre, voire alarmant, actuellement (fin 2006).


Composition actuelle de l'orgue de St-Nicolas-des-Champs :

Positif avec Montre 8', Bourdon 8', Dessus de Flûte I 8', Dessus de Flûte II 8', Prestant 4', Nasard 2 2/3', Doublette 2', Tierce 1 3/5', Cornet V, Plein-Jeu III, Dessus de Hautbois 8', Cromorne 8', Trompette 8', Clairon 4'.

Grand-Orgue avec Montre 16', Bourdon 16', Montre 8', Dessus de Flûte 8', Bourdon-Flûte 8', Gros Nasard 5 1/3', Prestant 4', Grosse Tierce 3 1/5', Nasard 2 2/3', Doublette 2', Tierce 1 3/5', Cornet V, Plein-Jeu IV, Trompette I 8', Trompette II 8', Voix humaine 8', Clairon 4'.

Récit expressif avec Bourdon 8', Flûte 8', Dulciane 8', Voix céleste 8', Flûte 4', Flageolet 2', Plein-Jeu V, Cornet IV, Bombarde 16', Trompette 8', Hautbois 8', Clairon 4'.

Clavier de Bombarde avec Bombarde 16', Trompette de Bombarde 8'.

Clavier d'Echo avec Bourdon 8', Flûte 8', Trompette 8'.

Pédalier avec Soubasse 16', Flûte 16', Bourdon 8', Flûte 8', Flûte 4', Bombarde 16', Trompette 8', Clairon 4'.

Accouplements : Pos./GO, Réc./GO, Bomb./GO. Tirasses: GO, Pos., Réc. Tremblant. 5 combinaisons fixes. Appel des anches pour GO, Pos., Réc., Péd. Appel du GO ( machine Barker ). Buffet et partie instrumentale classés par les Monuments historiques. L'orgue de St-Nicolas-des-Champs est très réputé pour la puissance impressionnante de ses jeux d'anches.


( * ) Machine ou levier Barker en facture d'orgues : le levier pneumatique Barker est une invention importante de la facture d'orgues au 19ème s. C'est l'introduction d'un petit soufflet pneumatique placé pour chaque touche de clavier, entre l'abrégé et le clavier. Ce soufflet se remplit d'air proportionnellement à la pression exercée sur la touche et participe au tirage des vergettes, et de l'abrégé, le soufflet revenant à la position de repos en expulsant l'air par un procédé original de soupapes. Le levier Barker a révolutionné la facture d'orgues et la traction mécanique, souvent dure, des claviers, en diminuant considérablement cette dureté, précisément. Le levier Barker est encore utilisé de nos jours pour rendre les accouplements entre claviers moins durs au toucher, sous les doigts de l'organiste.

 

En guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons une illustration montrant l'orgue Clicquot / Gonzalez de l'église parisienne de St-Nicolas-des-Champs . Cliquer sur la photo pour l'agrandir un peu. [Crédit: www.uquebec.ca/musique/orgues/ ].

 

 

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage