WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Compositeurs (orgue) > Bach, Carl-Philipp-Emanuel
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Bach, Carl-Philipp-Emanuel
Photos (C.P.E. Bach)
Bach, Jean-Sébastien
Bach, Wilhelm Friedemann
Claude Balbastre (France)
John Blow, organiste anglais
Georg Böhm (D)
Joseph Bonnet (France)
Dietrich Buxtehude
William Byrd, Angleterre
Jacques Charpentier (F)
Louis-Nicolas Clérambault
Michel Corrette
Jean-François Dandrieu (F)
Louis-Claude Daquin
Jeanne Demessieux (France)
Jacques Duphly
Rolande Falcinelli (F)
Girolamo Frescobaldi
Johann Jakob Froberger
Johann-Joseph Fux
Giovanni Gabrieli
Orlando Gibbons (GB)
Nicolas Gigault
Eugène Gigout (France)
Nicolas de Grigny, France
Guilmant, Felix-Alexandre (F)
Haendel, Georg-Friedrich
Gilles Jullien (Chartres)
Johann Kuhnau
Guillaume Lasceux
Nicolas Lebègue
Louis-James-Alfred Lefébure-Wély
Jean-Pierre Leguay (F)
Nicolas Jacques Lemmens (B)
Gaston Litaize (F)
Louis Marchand
Johann Mattheson (D)
Félix Mendelssohn-Bartholdy (D)
Georg Muffat
Jean-Baptiste Nôtre
Johann Pachelbel
Michael Praetorius
Max Reger (Allemagne)
Johann-Adam Reincken
François Roberday
Jan Pieterszoon Sweelink
Jean Titelouze
Charles Tournemire (France)
Louis Vierne, compositeur français
Charles-Marie Widor
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Bach, Carl-Philipp-Emanuel


Carl-Philipp-Emanuel Bach

Portrait de Carl-P.-E. Bach, visible sur de nomberux sites Internet. Crédit: //fr.wikipedia.org/Bibliographie et sites Internet à ouvrir :


 


Carl-Philipp-Emanuel Bach est le 2ème des 4 fils musiciens de Jean-Sébastien Bach . Il est né à Weimar en 1714 et est décédé à Hambourg en 1788 . Il suivit des cours à St-Thomas. Il effectua des études de droit à Leipzig dès 1731 et les continua à Francfort-sur-l'Oder. En 1738, il est claveciniste de l'orchestre du prince héritier de Prusse. En 1740, lorsque ce dernier devient Frédéric II, il le suit à Potsdam où il se révèle rapidement l'un des maîtres de la musique instrumentale de ce 18ème siècle allemand. En 1741, il est " Kammercembalist " de Frédéric II.

Il eut pour élève son demi-frère Johann Christian Bach , notamment. La vie musicale à Potsdam allant en périclitant, il cherche à quitter son emploi à la Cour et fait des tentatives pour être nommé Cantor à Braunschweig, puis à Zittau. Sans succès. Par contre, en 1767, il est désigné Directeur de la Musique à Hambourg, ce qui est à l'époque une lourde et importante charge. Il aura composé, pour obtenir ce poste, un Magnificat en ré maj. Il assume alors le cantorat , notamment, des 5 églises principales de Hambourg !

Carl Philipp Emanuel Bach va alors composer beaucoup, car il y a de très nombreuses manifestations musicales dans cette ville en une année (on parle de plus de deux cents concerts par an en tout). Il va aussi faire connaître le Messie de Haendel, le Stabat Mater de Haydn, la Messe en Si de son père, le Requiem de Jommelli. Il entre en relation avec Johann Nikolaus Forkel, de Göttingen, lequel sera l'auteur de la première monographie historique sur la vie de Jean-Sébastien Bach ( Ueber J.S. Bach Leben, Kunst une Kunstwerk ). Il connaîtra aussi, en 1770, Charles Burney, compositeur et musicographe britannique, lequel laissera bien des indications sur la vie, l'oeuvre et la manière de toucher les instruments à claviers de Carl Philipp Emanuel Bach. C.P.E. Bach sera, au 18ème siècle, un véritable pionnier du Concerto pour orchestre et clavier, dont il écrira une bonne cinquantaine d'exemplaires. Certaines de ces oeuvres laissent un peu présager des oeuvres pour clavier de Beethoven (par exemple le Concerto en ré min.).

Dans certaines biographies de C.P.E. Bach, on affirme qu'il mit en vente des plaques de cuivre de l'Art de la Fugue de son père Jean-Sébastien (voir notamment dans les biographies Internet mentionnées en haut de cette page). On sait toutefois que C.P.E. Bach, s'il ne fut pas un gardien exemplaire, selon certains, des manuscrits de son père, publia cependant de nombreuses oeuvres musicales originales et un " Essai sur la véritable manière de toucher le clavier ", en 1753. Le catalogue des oeuvres de C.P.E. Bach est assez considérable. Difficile de le donner en intégralité ici. En voici un extrait significatif :

Musique instrumentale : 200 sonates, sonatines, rondos et fantaisies pour clavier. Le premier recueil de 6 Sonates est dédié à Frédéric II de Prusse. Nombreuses pièces diverses pour le clavicorde et le clavecin. Une cinquantaine de Concertos pour un ou 2 claviers. Il a écrit notamment diverses pièces concertantes pour le clavier, la viole, le violon, l'alto. Douze sonatines pour clavier et orchestre, dont 2 à 2 claviers. Divers concertos pour instruments solistes, qui peuvent être parfois des arrangements de ses concertos pour clavier. Il a écrit des sonates et des fugues pour l'orgue, dans des recueils collectifs; des duos, des trios, des quatuors avec clavier. Douze Orchester-Sinfonien mit 12 obligaten Stimmen (en 1780). D'autres symphonies dans des recueils collectifs d'oeuvres orchestrales.

Musique vocale : il a écrit des Lieder, de très nombreuses Cantates, de nombreux Oratorios, un Magnificat, 20 Passions, des Cantates profanes également.

Ouvrages théoriques : Versuch über die wahre Art das Clavier zu spielen (Berlin, 1753). Versuch über die wahre Art das Clavier zu spielen , zweyter Theil , in welchem die Lehre von dem Accompagnement und des freyen Fantasie abgehandelt wird (Berlin, 1762). Il s'agit du fameux Essai sur la vraie manière de toucher le clavier, et de sa seconde partie : au sujet de l'accompagnement et de la fantaisie libre (improvisation).

On peut dire que C.P.E. Bach est le seul fils de Jean-Sébastien qui ait vraiment réussi sa carrière. Sa musique fut largement diffusée de son vivant. Il fut riche et considéré et sa production, comme celle de son père, est abondante, même s'il ne dédaigna pas en reprendre certaines pages ! Il a perfectionné la " forme Sonate " mise au point par son frère aîné, Wilhelm Friedemann .

C.P.E. Bach ayant été Cantor des églises de Hambourg, il fut enterré dans l'église St-Michaelis de cette ville. C'est pour nous l'occasion d'évoquer ce sanctuaire et le Grand Orgue Steinmeyer qui y fut construit en 1962 . Cet édifice fut construit de 1647 à 1669. Mais cette église fut détruite dans un incendie provoqué par la foudre en 1750. La nouvelle église St-Michaelis fut reconstruite vers la fin du 18ème siècle, telle que nous la connaissons actuellement (entre 1777 et 1786). Un nouvel incendie attaqua ce sanctuaire qui fut reconstruit une 3ème fois, de 1906 à 1912. Les bombardements de 1943 à 45 atteignirent l'église à nouveau. Sa reconstruction commença au milieu du 20ème siècle et sa reconsécration eut lieu en 1952. La tour, remarquable par sa hauteur, fut achevée de 1983 à 1996.

L'orgue Steinmeyer de la St-Michaelis-Kirche de Hambourg est un très grand instrument à 5 claviers de 85 jeux.

Composition de l'orgue mentionné ci-dessus :

Bombardenwerk (Clavier de Bombarde) avec Bourdon 16', Principal 8', Violflöte 8', Schwebung 8' (jeu ondulant ou Céleste formé de tuyaux vibrant avec une différence de 2 hz = 2 batt./sec.), Oktave 4', Flute travers. 4', Oktave 2', Quinte 2 2/3', Terz (Tierce) 1 3/5', Septime 1 1/7', Mixtur 4-6f 1 1/3', Bombarde 16', Trompete 8', Clairon 4', Hautbois 8', Tremulant.

Hauptwerk I (Grand-Orgue) avec Principal 16', Oktave 8', Oktave 4', Oktave 2', Quinte 5 1/3', Quinte 2 2/3', Mixtur 6-8f 2', Scharff (Mixture aiguë) 4f 2/3', Cornett 5f 8', Trompete 16', Trompete 8', Trompete 4'.

Hauptwerk II (Grand-Orgue) avec Quintadena 16' (jeu faisant entendre le 3ème harmonique), Principal 8', Spitzflöte 8', Oktave 4', Rohrflöte (Flûte à cheminée) 4', Oktave 2', Flachflöte 2', Nasat 2 2/3', Mixtur 6-8f 1 1/3', Cimbel (Cymbale) 3f 1/6', Fagott 16', Trompete 8', Vox Humana 8', Tremulant.

Brustwerk avec Quintadena 8', Gedackt 8', Principal 4', Blockflöte 4', Oktave 2', Quinte 1 1/3', Sesquialtera 2f 2 2/3', Scharff 5-7f 1', Cimbel 2f 1/3', Dulcian 16', Bärpfeife (genre de Régale) 8', Schalmey (Chalumeau) 4', Tremulant.

Kronwerk avec Hohlflöte 8', Spitzgamba 8', Principal 4', Spitzflöte 4', Oktave 2', Gemshorn (Cor de chamois) 2', Oktave 1', Nasat 2 2/3', Terzian 2f 1 3/5' (Mixture - Tierce), Scharff 6f 1', Regal 16', Krummhorn (Cromorne) 8', Zinke (anche du genre Clairon) 4', Tremulant, Zimbelstern.

Pedal avec Principal 32', Oktave 16', Gemshorn 16', Oktave 8', Gedackt (Bourdon) 8', Oktave 4', Koppelflöte 4', Nachthorn (Cor de nuit) 2', Bauernflöte (Flûte à cheminée de 1') 1', Hintersatz 5f 4', Rauschpfeife 3f 2 2/3', Mixtur 6-8f 2', Posaune (Trombone) 32', Posaune 16', Dulcian 16', Trompete 8', Trichterregal (Régale) 8', Trompete 4', Vox Humana 4', Singend Cornett 2' (genre d'anche de 2').

Orgue construit entre 1960 et 62 par G.F. Steinmeyer. La traction est mécanique pour les notes et électrique pour les jeux. Il y a un combinateur assisté par ordinateur et de nombreuses possibilités d'accouplements.



En vignette agrandissable , ci-dessus: le portrait de C.-P.-E. Bach tel qu'il est présenté sur de nombreux sites Internet.

 

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 VTX Webpme. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by VTX
Retour Homepage