WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Compositeurs (orgue) > Eugène Gigout (France)
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Bach, Carl-Philipp-Emanuel
Bach, Jean-Sébastien
Bach, Wilhelm Friedemann
Claude Balbastre (France)
John Blow, organiste anglais
Georg Böhm (D)
Joseph Bonnet (France)
Dietrich Buxtehude
William Byrd, Angleterre
Jacques Charpentier (F)
Louis-Nicolas Clérambault
Michel Corrette
Jean-François Dandrieu (F)
Louis-Claude Daquin
Jeanne Demessieux (France)
Jacques Duphly
Rolande Falcinelli (F)
Girolamo Frescobaldi
Johann Jakob Froberger
Johann-Joseph Fux
Giovanni Gabrieli
Orlando Gibbons (GB)
Nicolas Gigault
Eugène Gigout (France)
Nicolas de Grigny, France
Guilmant, Felix-Alexandre (F)
Haendel, Georg-Friedrich
Gilles Jullien (Chartres)
Johann Kuhnau
Guillaume Lasceux
Nicolas Lebègue
Louis-James-Alfred Lefébure-Wély
Jean-Pierre Leguay (F)
Nicolas Jacques Lemmens (B)
Gaston Litaize (F)
Louis Marchand
Johann Mattheson (D)
Félix Mendelssohn-Bartholdy (D)
Georg Muffat
Jean-Baptiste Nôtre
Johann Pachelbel
Michael Praetorius
Max Reger (Allemagne)
Johann-Adam Reincken
François Roberday
Jan Pieterszoon Sweelink
Jean Titelouze
Charles Tournemire (France)
Louis Vierne, compositeur français
Charles-Marie Widor
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Eugène Gigout (France)


Compositeur français pour l'orgue: Eugène Gigout (1844 - 1925)

L'orgue de l'église St-Augustin à Paris. Crédit: www.uquebec.ca/musique/orgues/france/





•  Eugène Gigout est un compositeur français né à Nancy (mars 1844) et décédé à Paris (décembre 1925). Il fit des études musicales à la Maîtrise de la cathédrale de Nancy, puis vint à Paris comme pensionnaire de l'Ecole Niedermeyer, où il fut l'élève de G. Lefèvre et de C. Saint-Saëns. Ses études terminées, il resta dans cette Ecole comme professeur de plain-chant, de contrepoint, de fugue et d'orgue. Parmi ses disciples on compte G. Fauré, A. Messager, J.-M. Erb, L. Boëllmann.

     •  lien pour l'Ecole Niedermeyer: cliquer ici ,

     •  lien pour Gustave Lefèvre: cliquer ici , et pour C. Saint-Saëns, cliquer ici .

En 1863, Eugène Gigout devint titulaire du Grand Orgue de l'église Saint-Augustin à Paris. Il exerça cette tâche durant 62 ans. Il donna plusieurs récitals en France et à l'étranger. César Franck appréciait son talent d'organiste et d'improvisateur. En 1911, E. Gigout succéda à Alexandre Guilmant comme professeur d'orgue au Conservatoire à Paris.


•  Choix d'oeuvres d'Eugène Gigout: Gigout a laissé beaucoup de Musique pour l'Orgue, notamment: six Pièces (1881), deux Rhapsodies, Poèmes mystiques (1883), 3 autres Pièces (1896), une Collection de Pièces pour orgue, 2 Suites, Cent Pièces brèves dans la tonalité du plain-chant (1889), un Album grégorien contenant 290 morceaux (1895), Cent Pièces nouvelles (1922). Il a aussi composé pour le piano, des mélodies, des motets avec orgue. Les oeuvres de Gigout pour l'orgue sont très nombreuses, notamment plus de 600 pièces destinées aux Services religieux. On remarque une écriture châtiée, respectant le contrepoint classique, mais en revanche, sa mélodie se renouvelle au contact du plain-chant grégorien.


•  Evoquer Eugène Gigout dans cette page, c'est pour nous l'occasion de présenter l'église parisienne de Saint-Augustin et son Grand Orgue. L'église Saint-Augustin fut construite par Victor Baltard (architecte des Halles de Paris), de 1860 à 1871. C'est la première église de Paris construite en métal (structure) recouverte de parements de pierres. Son style, annonçant l'Art Nouveau, est un mélange de style roman, gothique, byzantin, voire Renaissance. L'emploi du métal a permis une élévation, sous la coupole, de 80 m. L'église mesure près de 100 m de long. Ce sont des éléments en fonte qui soutiennent les voûtes et le dôme.

Le Grand Orgue: c'est le premier grand instrument du facteur Charles Barker, venu d'Angleterre [1807-1879] (associé à Albert Peschard). Ce même Barker, un temps en relation avec A. Cavaillé-Coll, s'associa plus tard avec le facteur C. Verschneider. Barker fut notamment l'inventeur du fameux Levier Barker (appelé aussi Machine Barker). La machine Barker est un dispositif pneumatique complexe qui permet de diminuer la résistance des touches des claviers des orgues à traction mécanique, notamment lors des accouplements des claviers. Ce système Barker, de type pneumatique, nécessite un réglage précis et une étanchéité parfaite. Un inconvénient possible du système: un retard dans la réponse entre l'appui sur la touche et la réponse du tuyau. L'avantage est par contre une exécution plus aisée, moins pénible. Le système Barker est encore utilisé de nos jours. Actuellement, on n'utilise le Levier Barker uniquement que pour alléger la traction des claviers, lors d'accouplement: chaque clavier est en traction directe suspendue et seuls les claviers accouplés sont "tirés" par le Levier Barker. Cavaillé-Coll utilisa beaucoup ce système. [Note: Albert Peschard fut l'un des premiers facteurs d'orgues à introduire l'électricité dans l'orgue, pour la traction des notes et des jeux. Les facteurs Casavant (Canada) se sont, à l'époque, vivement intéressés aux travaux de Peschard, pour application dans leurs propres instruments]. 

     •  Levier ou machine Barker: cliquer ici et ici aussi

 

L'orgue de Saint-Augustin eut un retentissement important lors de son achèvement, en 1868. La transmission électrique était appliquée à un orgue, pour l'une des premières fois. En 1870 (troubles de la Commune), Barker doit quitter la France. Son orgue de St-Augustin, jusqu'en 1889, est entretenu par l'un de ses collaborateurs (P. Férat). En 1889, c'est Cavaillé-Coll qui reprend cette tâche. En 1893, C.-Coll propose un devis de reconstruction / augmentation de l'instrument. Il augmente l'étendue des claviers et du pédalier et ajoute 9 jeux. Le nouvel orgue, revu et augmenté par C.-Coll est inauguré par Eugène Gigout, en mai 1899. La transmission est alors mécanique avec emploi du Levier Barker. Charles Mutin, autre grand facteur, augmente encore le nombre de jeux (à 54) en 1925. L'orgue est alors de conception romantique. En 1962, la manufacture Beuchet-Debierre ajoute des mixtures aux claviers et réharmonise le tout. En 1988, sur l'initiative de la Ville de Paris, l'orgue de St-Augustin est restauré, réharmonisé et recomposé pour lui redonner son caractère symphonique de base (travail de la manufacture B. Dargassies). L'actuel titulaire en est l'organiste Didier Matry.  


•  Composition de l'orgue de Saint-Augustin (voir ici aussi): 

Grand-Orgue (56 notes) avec Montre 16', Bourdon 16', Montre 8', Salicional 8', Bourdon 8', Flûte harmonique 8', Flûte douce 4', Prestant 4', Quinte 2 2/3', Doublette 2', Cornet Vr (à l'UT), Fourniture Vr, Cymbale IVr, Bombarde 16', Trompette 8', Clairon 4'.

Positif (56 notes) avec Bourdon 16', Principal 8', Bourdon 8', Flûte harmonique 8', Flûte douce 4', Prestant 4', Quinte 2 2/3', Plein-Jeu IVr, Cromorne 8', Trompette 8', Clairon 4'.

Récit expressif (56 notes) avec Quintaton 16', Diapason 8', Cor de Nuit 8', Viole de Gambe 8', Voix céleste 8', Flûte octaviante 4', Octavin 2', Clarinette 8', Basson-Hautbois 8', Voix Humaine 8', Bombarde 16', Trompette 8', Clairon 4', Carillon IIIr .

Pédalier: Bourdon 32', Soubasse 16', Flûte 16', Contrebasse 16', Basse 8', Flûte 8', Flûte 4', Basson 16', Basson 8', Bombarde 16', Trompette 8', Clairon 4'.

Accouplements: Pos./GO, Réc./GO, Réc./Pos., Octaves graves GO, Octaves aiguës Réc./GO, Tirasses GO, Pos., Réc., Appels des anches P, GO, Pos., Réc., Appel GO, Tremblant au Récit. Il y a 53 jeux en tout.  


•  Liens Internet divers à consulter:

     -  ouvrages: Dictionnaire de la Musique, 2 volumes, Collection Marc Honegger, éd. Bordas, Paris, 1993,

     -  Dictionnaire de la Musique, publié sous la direction de M. Vignal, Larousse, Paris, 2005,

     -  http://www.musicologie.org/Biographies/g/gigout_eugene.html (page sur E. Gigout),

     -  http://www.musimem.com/gigout.htm (autre page sur Gigout),

     -  http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%E8ne_Gigout (autre page sur Gigout),

     -  http://www.youtube.com/watch?v=MLg381LC770 (un extrait sonore de Gigout),

     -  http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/saugustinp.html (église St-Augustin),

     -  http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/saugustinp1.html (photos à St-Augustin),

     -  http://orgue.free.fr/a8o12.html (l'orgue et sa composition),

     -  diverses photos de l'église St-Augustin à Paris: cliquer ici ,

     -  autre rubrique photographique sur St-Augustin: cliquer ici ,

     -  le facteur d'orgues Charles-Barker: cliquer ici ,

     -  http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Spackmann_Barker (autre page sur C. Barker),

     -  http://www.manufacture-orgues.fr/Frame.htm (facteur Dargassies, dernier restaurateur de l'orgue). [Le site du facteur Dargassies est suspendu depuis juin 2008],

     -  NOTRE PASSAGE A St-Augustin de Paris (novembre 2012): cliquer ici (rubrique personnelle). 


•  Ci-dessus, en guise de vignette de cette page, nous mettons un cliché de l'orgue Barker / C.-Coll / Beuchet-Debierre / Dargassies de l'église St-Augustin à Paris. Cliquer sur l'image pour l'agrandir. [Source: www.uquebec.ca/musique/orgues/france/ ].  


Mini-vue de la console de l'orgue de St-Augustin: ci-dessous, à droite

La console de l'orgue de St-Augustin. Crédit: monsite.orange.fr/didier.matry.orgue/


Vue de l'église St-Augustin à Paris: ci-dessous, à droite

Eglise St-Augustin. Crédit: //fr.wikipedia.org/

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage