WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Compositeurs (orgue) > Michael Praetorius
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Bach, Carl-Philipp-Emanuel
Bach, Jean-Sébastien
Bach, Wilhelm Friedemann
Claude Balbastre (France)
John Blow, organiste anglais
Georg Böhm (D)
Joseph Bonnet (France)
Dietrich Buxtehude
William Byrd, Angleterre
Jacques Charpentier (F)
Louis-Nicolas Clérambault
Michel Corrette
Jean-François Dandrieu (F)
Louis-Claude Daquin
Jeanne Demessieux (France)
Jacques Duphly
Rolande Falcinelli (F)
Girolamo Frescobaldi
Johann Jakob Froberger
Johann-Joseph Fux
Giovanni Gabrieli
Orlando Gibbons (GB)
Nicolas Gigault
Eugène Gigout (France)
Nicolas de Grigny, France
Guilmant, Felix-Alexandre (F)
Haendel, Georg-Friedrich
Gilles Jullien (Chartres)
Johann Kuhnau
Guillaume Lasceux
Nicolas Lebègue
Louis-James-Alfred Lefébure-Wély
Jean-Pierre Leguay (F)
Nicolas Jacques Lemmens (B)
Gaston Litaize (F)
Louis Marchand
Johann Mattheson (D)
Félix Mendelssohn-Bartholdy (D)
Georg Muffat
Jean-Baptiste Nôtre
Johann Pachelbel
Michael Praetorius
Photos (M. Praetorius)
Max Reger (Allemagne)
Johann-Adam Reincken
François Roberday
Jan Pieterszoon Sweelink
Jean Titelouze
Charles Tournemire (France)
Louis Vierne, compositeur français
Charles-Marie Widor
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Michael Praetorius


Michael Praetorius

Orgue E. Compenius, ami de Praetorius. Se situe au château Frederiksborg (époque Renaissance). Crédit: //de.wikipedia.org/ 



  Bibliographie et sites Internet à consulter :

 


Michael PRAETORIUS est né vers 1571 Creuzburg an der Werra ) et décédé à Wolfenbüttel en 1621 . C'est donc un musicien important de la Renaissance allemande . Il fut compositeur, organiste, théoricien de la musique et laissa, notamment, des écrits importants sur les instruments de son époque et sur leur facture. Il étudia à Francfort-sur-l'Oder, où il exerça déjà la fonction d'organiste. Il fréquenta également les Ecoles de Torgau et de Zerbst (études de la théologie, de la philosophie).

Il fut ensuite organiste à Gröningen et enfin à Wolfenbüttel (dans cette dernière ville, à partir, semble-t-il de 1593). Il participa à la construction de l' orgue Renaissance de l'église Beatae Mariae Virginis de Wolfenbüttel , par le facteur Gottfried Fritzsche de Dresde (la façade de cet orgue magnifique est d'origine encore actuellement et date de 1619 à 1623). Cet instrument subit, malheureusement, de nombreuses transformations, notamment, au 19ème siècle. C'est le facteur berlinois Karl Schuke qui le reconstitua en 1986 , sur la base de 6 jeux originaux, et sur la base des archives et écrits disponibles. Cette restauration est remarquable (orgue actuel : 53 jeux sur 4 claviers et pédalier).


  Praetorius fut un conseiller musical écouté dans de nombreux lieux d'Allemagne, tout en étant Maître de Chapelle du Duc de Braunschweig et Lüneburg, dès 1604. Il fut aussi conseiller de la Maison de Saxe à Dresde. A la mort du Duc Heinrich Julius, en 1613, Praetorius dirige la Chapelle de Dresde encore pendant 3 ans. En 1618, il est à nouveau au service de la Cour de Magdeburg. Il a établi des liens avec des musiciens importants de son époque, tels que S. Scheidt ou H. Schütz. On signale également sa présence à Kassel, Leipzig, Nuremberg.


  Ses principales oeuvres : hymnes , psaumes , motets dans 9 volumes des Musae Sioniae (de 1605 à 1610 env.). Des motets de 4 à 16 voix dans Motectae et Psalmi (1607). La Missodia sionia (5 à 8 voix, 1613). Hymnodia sionia (5 à 8 voix, 1611). Kleine und Grosse Litaney (5 - 8 voix, 1613). Terpsichore (4-6 voix, 1612). Musique profane : Calliope, Thalia, Erato, Diana Teutonica, das Regensburgische Echo (Echo de Ratisbonne) : ces 6 derniers recueils contiennent des danses et des chansons polyphoniques (l'ensemble étant regroupé sous le nom de Musa aonia = musique profane). Polyhymnia caduceatrix et panegyrica (musique à une à 21 voix avec basse continue, 1619). Polyhymnia exercicatrix (2 - 8 voix avec basse continue, 1619). Praetorius a aussi publié Bericht wass Beyuberliefferung einer Orgel zu observieren ("rapport concernant ce qu'il faut surveiller et observer lors de la commande et livraison d'un orgue"). On a aussi relevé des compositions diverses comme des Toccaten und Canzonen mit 5 Stimmen pour orgue. L'ouvrage didactique important de Praetorius est le Syntagma Musicum en 3 volumes. Praetorius a vécu une époque où de profondes mutations s'opéraient dans le domaine musical. Il a étudié ces mutations et a tenté de les intégrer dans la musique d'église allemande, fondée en grande partie sur le Choral à cette époque. Praetorius a introduit le Madrigal dans le style du Motet chanté . Il est l'un des premiers, sinon le premier, à mettre en évidence une mélodie principale, sans modification, mêlée aux autres voix faites de motifs tirés de cette mélodie principale. Dans le Traité de l'Orgue, resté à l'état de manuscrit, Praetorius expose des principes de facture d'orgues de son époque, celle de la Renaissance. Dans un volume, Organographia , il présente la nomenclature, caractéristiques et description des instruments connus de lui (passé et présent). Cet ouvrage est un véritable compendium de facture instrumentale.


Praetorius est donc une figure considérable de la fin du 16ème siècle et du début du 17ème. Non seulement il a mis, dans ses compositions, le style de la Renaissance et de ses influences, mais il a aussi réalisé une sorte d'inventaire des instruments de son époque.


Comme théoricien de la facture instrumentale, il a collaboré, notamment, à la construction de l' orgue Renaissance de l'église Beatae Mariae Virginis de Wolfenbüttel , comme indiqué plus haut dans ce texte (vers 1619 à 1623 ). Wolfenbüttel est une ville allemande située à 60 km de Magdeburg et à environ 90 km de Lüneburg.

 

  Composition actuelle (reconstitution par K. Schuke) de l'orgue ci-dessus :

Clavier 1 (Positif de dos) avec Quintadena 16' (jeu d'origine), Principal 8', Gedackt (Bourdon) 8' (jeu d'origine), Oktave 4' (jeu d'origine), Spitzgedackt 4' (jeu d'origine), Feldpfeife (Flûte champêtre) 2', Quinte 1 1/3', Sesquialtera 2r, Oberton 2r, Scharff (Mixture aiguë) 5-7r, Dulcian 16', Schalmei (Chalumeau) 8', Tremulant.

Clavier 2 (Grand-Orgue) avec Principal 16', Oktave 8', Spitzflöte 8' (jeu d'origine), Oktave 4', Koppelflöte 4', Nassat 2 2/3', Oktave 2', Cornett 3-5r, Mixtur 6-8r, Scharff 4r, Trompete 16', Trompete 8'.

Clavier 3 (Brustwerk) avec Gedackt 8', Rohrflöte (Flûte à cheminée) 4', Principal 2', Oktave 1', Terzian 2r, Scharff (Mixture aiguë) 4r, Vox Humana 8', Holzregal (Régale en bois) 4', Tremulant.

Clavier 4 (Kronwerk) avec Quintadena 8', Nachthorn (Cor de nuit) 4', Blockflöte 2', Nassat 1 1/3', Rauschwerk 4r, Cymbel (Cymbale) 3r, Bärpfeife 16', Trichterregal (gande Régale) 8', Tremulant.

Pédalier avec Principal 16', Untersatz 16', Pommer 4', Bauernflöte (Flûte champêtre) 2', Posaune (Tombone) 16', Trompete 8', Oktave 8', Gedacktbass 8' (jeu d'origine), Oktave 4', Bassaliquot 4r, Mixtur 6-8r, Trompete 4', Sing. Cornett (Cornet "chantant") 2'.

Les 6 jeux d'origine datent de 1624. Il y 2 Zimbelsterne au Positif. Traction mécanique des notes et électrique des registres. 32 combinaisons libres.


[ Explications de jeux : Oberton = jeu de "Chorus" pouvant contenir le 1', le 3 1/5', le 5 1/3' ou le 1 7/9'. Le Rauschwerk (serait synonyme de Rauschpfeife ou Rauschquinte), contient au moins 2' + 1 1/3'. Bärpfeife est une anche proche de la Régale ou de la Vox Humana. Bassaliquot = serait une mixture pouvant contenir 8', 5 1/3', 4 4/7', 3 5/9'... ] Ces explications ne sont que des tentatives basées sur les sites Internet spécialisés sur la question.


•  Dans le lien suivant: http://www.musetmemoire.com/article.php?id=109 , on peut lire ce qui suit: 

" L'orgue du château de Frederiksborg est l'unique ouvrage qui nous reste de Esaias Compenius (1560-1617), ami de Michael Praetorius qui l'avait attiré à la cour du duc Heinrich Julius de Braunschweig-Lüneburg, évêque d'Halberstadt et grand protecteur des arts. Construit pour le château de Hessen (près de Wolfenbütell), de 1605 à 1610, il fut transféré au château de Frederiksborg en 1617 par Compenius lui-même. Cet instrument mythique, unique pour son état de conservation et l'originalité de sa conception, est d'abord un meuble plein de charme, délicieusement proportionné, avec des tuyaux recouverts d'ivoire incrusté d'ébène et des tirants de registres en argent massif qui affectent la forme de têtes humaines ou animales. C'est ensuite un bijou sonore, dont tous les tuyaux sont en bois. Les mouvements mécaniques sont conçus avec une économie de moyens et une ingéniosité dont l'efficacité force l'admiration. Il fait chanter 27 jeux, répartis sur deux claviers et un pédalier ".

•  Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché de cet orgue de Esaias Compenius, proche et ami de Praetorius. [Crédit: //de.wikipedia.org/].

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage