WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > France > Franche-Comté (région) > Morteau, église
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Alsace (région)
Bourgogne (région)
Franche-Comté (région)
Arbois, orgue
Baume-les-Dames (orgue)
Beaucourt, orgue Goll
Belfort (cathédrale, orgue)
Besançon: cathédrale St-Jean
Besançon: église de La Madeleine
Besançon: St-Louis de Montrapon (Callinet)
Besançon: église St-Pierre
Les Bréseux (église, vitraux)
Champagnole
Châtenois-les-Forges: orgue Verschneider
Le Chauffaud, orgue, vitraux
Delle, orgue C. Schwenkedel
Dole, Grand Orgue (Jura)
Les Fins (orgue Schwenkedel)
Goumois (un orgue rare)
Grandvillars: orgue espagnol J. L. Cabello
Les Gras (orgue)
Héricourt (orgue, vitraux)
Maîche (église et orgue)
Montbéliard (Temple St-Martin, égl. St-Maimboeuf)
Montbenoît (abbaye)
Montlebon et son orgue
Morbier (orgue)
Morez (orgue Daublaine-Callinet)
Morteau, église
Photos: Morteau
Nods (orgue, vitraux)
Le Pissoux, orgue, vitraux
Poligny (orgue Cavaillé-Coll)
Pontarlier, orgue, vitraux
Réchésy: orgue Verschneider
Le Russey (orgue Callinet)
Saint-Claude (dpt du Jura)
Salins-les-Bains: St-Anatoile
Salins-les-Bains (orgue St-Maurice)
Vercel-Villedieu (orgue)
Villers-le-Lac, orgue, vitraux
Altkirch (église N.-Dame, orgue)
Angers (cathédrale, orgues)
Aups (Var: orgue italien)
Avignon (plusieurs orgues à voir)
Barjols: orgue précieux de Provence
Bettlach (orgue Callinet magnifique)
Colmar (Collégiale)
Colmar, St-Matthieu
Ebersmunster (orgue A. Silbermann)
Ferrette (orgue Roethinger, 1926)
Fréjus (cathédrale, Var)
Grasse: ancienne cathédrale
Grenoble (église St-Louis, orgue Formentelli)
Hirsingue (Ht-Rhin, orgue Guerrier)
Lyon (Conservatoire Nation. Sup. de Musique)
Le Mans (cathédrale, orgue)
Marmoutier (orgue A. Silbermann)
Mirepoix, un orgue Link
Mulhouse (église cathol. St-Etienne)
Mulhouse (église réform. St-Jean)
Nancy cathédrale (Lorraine)
Nantes, la cathédrale, orgues
Narbonne (ancienne cathédrale, orgue)
Noyon (cathédrale, orgues)
Paris, la capitale de la France
Poitiers (cathédrale, orgue Clicquot)
Ribeauvillé (Alsace)
La Roche-sur-Foron (orgue, fact. italienne)
Roquebrune-sur-Argens, orgue
Roquevaire (Provence)
Rouffach (Alsace)
Saint-Maximin (orgue J. E. Isnard)
Saint-Omer (un grand Cavaillé-Coll)
Saint-Raphaël (N.-Dame-de-la-Victoire)
Saint-Sever (Landes)
Seppois-le-Haut (Ht-Rhin)
Strasbourg (cathédrale N.-Dame)
Strasbourg (St-Pierre-le-Jeune, réf.)
Strasbourg (St-Pierre-le-Vieux, cathol.)
Strasbourg (St-Thomas: Silbermann)
Tain l'Hermitage: N.-Dame Assomption
Thomières (orgue Micot)
Toulouse (cathédrale St-Etienne)
Toulouse (Musée des Augustins)
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Morteau, église


Eglise de Morteau, orgue et vitraux

Orgue Garnier de Morteau. Cliché personnel 

Morteau , à quelques km de la ville suisse du Locle , est une cité où l'industrie horlogère a dominé l'histoire locale, comme en Suisse voisine ( canton de Neuchâtel ). L'église de Morteau est un édifice très intéressant contenant de nombreux témoignages d'art. L' orgue est magnifique. Les vitraux du choeur et du collatéral nord sont un ensemble du 19ème siècle remarquable.


A Morteau s'est édifié un prieuré bénédictin vers 1105 (12me siècle). La première église de Morteau, attestée au niveau archéologique, date de l'époque romane finissante. Ses vestiges ont disparu lors de l'incendie de 1865. Une 2ème construction, avec le prieuré attenant, est élevée vers 1410-1420 (église à 3 nefs gothiques). Cette église brûle en 1470. L'église de Morteau est relevée de ses cendres par le Prieur Antoine de Roche entre 1465 et 1503. Le choeur actuel du sanctuaire est le dernier vestige de cette construction de la fin du 15ème siècle.

La 3ème construction se fera vers 1481-82. Cette église est encore de style gothique, mais tardif. La 4ème église est en fait le résultat de transformations et restaurations faites au 17ème siècle; mais elle fut ruinée en 1508 puis en 1639, excepté le choeur, le clocher (1520) et la chapelle des fonts baptismaux. On relève cette église entre 1650 et 1659. On ajoute en 1653 une suite de chapelles au collatéral nord de l'église. Ces chapelles constituent actuellement une nef supplémentaire, au nord, avec de superbes verrières et un autel splendide de 1750 environ, en bois doré à la feuille, restauré en 1981. En 1747, un incendie détruit à nouveau en partie la ville et l'église dont tout le mobilier est brûlé. On rebâtit donc l'église à cette époque en gardant tout ce qui peut être sauvé, notamment les murs et les voûtes. En 1752, les paroissiens obtiennent le partage de l'église en deux: la partie haute (choeur) pour les Bénédictins, la partie basse (vers la tour fontale) pour les paroissiens. Des Bénédictins restent au prieuré jusqu'en 1790, date de la vente de l'église et des bâtiments comme biens nationaux ( Révolution ).

Les objets mobiliers de l'église sont vendus en 1791. En 1865, un nouvel incendie détruit une partie de Morteau . L'église n'est pas touchée gravement. Elle sera par contre atteinte en façade sud par le dynamitage du pont de Morteau en juin 1940 : perte des vitraux du collatéral sud. Si l'on en croit la beauté des vitraux du collatéral nord , actuellement, cette perte est certainement importante pour le patrimoine du vitrail de la région du Doubs . En 1942, l'Abbé Paul Pagnier entreprend la réfection intérieure de l'église. Suite à un coup de foudre, la toiture est en partie refaite en 1948, et la restauration complète se termine en 1950. Un aménagement extérieur est également fait en 1982.


Les vitraux : les vitraux de Morteau sont vraiment très beaux. Il s'agit de magnifiques verrières datant du début de la seconde moitié du 19ème siècle. C'est un ensemble remarquable de cet art du vitrail du milieu du 19ème siècle. Il y a aussi un vitrail contemporain d' Isabelle Debras ( mars 1995 ). En sachant qu'en 1940, on a perdu pratiquement tous les vitraux du collatéral sud, on peut imaginer l'ambiance mystérieuse et recueillie qui devait régner dans cette église entièrement revêtue de ses vitraux multicolores.


Les orgues : sous la tour en ouest subsistent les "ruines" d'un grand orgue. Le buffet de cet instrument datait, selon les archives, de 1774 ! Tout a disparu dans les incendies. En 1942, les orgues ruinées sont démontées et ne furent jamais remises à cet endroit. Une façade ( Montre ) placée en 1843 (?), sous la voûte du clocher, fait simplement " illusion ". Une vieille console abandonnée, en triste état, gît là dans quelques décombres (dommage). Mais il y a, à l'entrée du choeur, un merveilleux instrument récent (2 claviers, pédalier) du facteur Marc Garnier , aux Fins , près de Morteau. Cet orgue est un bijou qui s'intègre bien aux stalles du choeur ( stalles remarquables de 1756 à 1761 , du sculpteur Joseph Jobin ).


A voir aussi la chapelle des fonts baptismaux, chapelle située au nord de la base du clocher, en façade ouest. La voûte réticulée gothique tardive de cette chapelle est particulièrement belle. 


Il y a encore plusieurs objets de mobilier liturgique à voir, notamment la chaire en chêne sculpté, datant de 1748-1750 (par Claude-Joseph Béliard de Morteau). Une statue de Saint-Roch, en bois polychrome du 18ème siècle, est placée au fond du colatéral nord ( Saint-Roch était invoqué pour la délivrance des maladies contagieuses: le personnage du Saint représenté soulève sa tunique et pointe le doigt sur le bubon de la peste qu'il porte à la cuisse droite !). Les fonts baptismaux datent de 1513 (calcaire jaune). Il y a aussi, dans le choeur, des lutrins sculptés en forme d' aigles mono- ou bicéphales , datant du 18ème siècle.


Cette belle église de Morteau est donc très intéressante à visiter et présente, au photographe, une magnifique nef gothique tardive très élégante.

Sites Internet divers à consulter :

 

 


Composition de l'orgue de l'église de Morteau ( orgue de M. Garnier ):

Jeux à gauche des claviers = Plein-Jeu, Doublette 2', Quinte 3', Prestant 4', Montre 8', Tirasse, Tremblant.

Jeux à droite des claviers = Quintelette, Flûte 4', Bourdon 8', Trompe 16', Basse 8', Soubasse 16'.

Accouplement des claviers à tiroir . Une tirasse du premier clavier. Tremblant général.


Lecture recommandée : Notre-Dame de l'Assomption, Morteau (Doubs), plaquette en vente à l'église (imprimé en 1990, à Colmar).

 

En guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons une photo personnelle de l'orgue Garnier de l'église de Morteau . Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 


 
   
  
 
 

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage