WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Clavecins > Clavecins: 2, 3 claviers
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Clavecin français L. Denis (1658)
Clavecin français Chr. Kroll (1770)
Clavecins: 2, 3 claviers
Photos: clavecins 2, 3 claviers
Décors peints
Clavecin de travail Sperrhake
Epinette Sassmann
Notre clavecin Sassmann flamand 2.15
Clavecin K. Wittmayer
Epinette Silbermann (Neupert)
Epinette Zenti (Neupert)
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Clavecins: 2, 3 claviers


Clavecins avec 2, et même 3 claviers (16' ou pas ?)

Grand clavecin construit selon Ruckers avec intégration du 16'. Crédit: http://home.tiscali.nl/~wnn454898/mijnders.htmCette rubrique est destinée à montrer tout le chemin parcouru par la facture de clavecins depuis les années 1930-1950-60 à l'an 2006 , ceci en choisissant 3 instruments complètement différents:

  • un clavecin à 3 claviers de William de Blaise de 1950 . Il appartient à une claveciniste de La Chaux-de-Fonds qui fut notre professeur de clavecin.
  • un clavecin à 2 claviers , copie magnifique, réalisée par le facteur suisse J.M. Chabloz à partir d'un instrument français de Pascal Taskin conservé à la St. Cecilia's Hall à Edimbourg .
  • un clavecin à 2 claviers du facteur français Pleyel (vers les années 1960, l'un des derniers construits par ce facteur, dans l'esprit de Wanda Landowska ).

Commentaires : voici dans cette rubrique la présentation des 2 grandes tendances de la facture de clavecin, entre le milieu du 20ème siècle et la toute fin du 20ème et le début du 21ème siècle . Le clavecin à 3 claviers comporte un barrage important ( = ensemble des poutrelles qui stabilisent l'instrument face à la tension des cordes). L'instrument est ouvert dessous comme un piano. Ce clavecin est muni de 7 pédales pour commander les jeux et les accouplements des claviers. Nous passons aussi en revue les très grands instruments construits actuellement dans le monde et qui intègrent le jeu grave du 16' .

•  Le clavecin à trois claviers , présenté dans la rubrique de photos attenante , possède au premier clavier : les jeux de 16', 8', 4' , au 2ème clavier : les jeux de 8' et 4' avec le luth. Le jeu de 8' au 2ème clavier a un timbre différent que le 8' du premier clavier ( Nasard ). Au 3ème clavier , on a un 8' et une possibilité d'un 4' seul (c'est en somme "un peu" l'équivalent d'un clavier de Récit à l'orgue). Ce que nous aimons dans cet instrument c'est la sonorité grave et douce du 16', sonorité qui rappelle la harpe. On a là le summum, selon certains, de la facture de clavecin, mais de tels instruments ne sont plus couramment construits. La manufacture Neupert , que nous avons visitée, maintient dans son catalogue quelques instruments de cette facture à 2 claviers avec un 16' . Par ailleurs, Neupert a pris le virage de la reconstitution d'instruments anciens magnifiques. Nous avons possédé l'un de leurs premiers instruments copies d'anciens de Neupert: le modèle Corelli qui correspondait assez exactement au clavecin de M. J.M. Chabloz présenté en rubrique de photos attenante. 

•  Le clavecin du facteur J.M. Chabloz est une copie d'un instrument français de P. Taskin. L'instrument est absolument magnifique et comporte une disposition très classique en France et en Allemagne au 17ème et 18ème siècles: premier clavier = 8' et 4'; 2ème clavier = 8' et luth. Le timbre du 8' du 2ème clavier est différent de celui du 8' du premier clavier. L'accouplement des claviers se fait selon le mode "à tiroir". Il n'y a donc évidemment pas de pédales et le clavecin est fermé dessous. Le barrage est beaucoup plus léger que dans l'instrument à 3 claviers. Le site de ce facteur est mentionné ci-dessous: 


•  Le grand clavecin Pleyel modèle W. Landowska  (vers 1960) avec au 1er clavier : 16', 8', 4' + luth et au second clavier : deux jeux de 8' et un luth (un de ces 8' est un Nasard ). Le cadre est métallique pour tenir l'accord. Il s'agit d'une véritable pièce de musée. Cet instrument comporte 7 pédales. Le cadre métallique ( cliquer ici ), plus discret que celui d'un piano, confère cependant à cet instrument un timbre particulier que l'on retrouve dans les enregistrements de W. Landowska . Ce n'est évidemment plus comme cela que l'on construit les clavecins, maintenant. (Crédit: http://www.harpsichord.com/ ) . Wanda Landoswka fut la " redécouvreuse " de la musique pour clavecin et donna des directives au facteur français Pleyel , notamment en faisant revenir le jeu grave de 16' , en 1912 . Voici d'ailleurs des textes très intéressants à lire au sujet des clavecins Pleyel , et en général des clavecins avec jeu de 16' (pour un clavecin Pleyel, consulter l'image tout au bas de cette page):


•  Nous donnons également, en rubrique attenante , deux photos du clavecin Neupert des années 1978 , modèle Corelli , l'un des premiers instruments, en reconstitution historique, du grand facteur allemand de Bamberg . Cet instrument, qui a été notre instrument de travail durant nos années de conservatoire, mesurait près de 2,40 m de long et était équipé, au premier clavier, d'un jeu de 8' et d'un de 4', alors qu'au 2ème clavier, il y avait un jeu de 8' (timbre légèrement " Nasard ") + luth enclenchable. L'accouplement des claviers se faisait à "tiroir". Cet instrument avait un son magnifique. 


•  Au Japon , il existe actuellement un grand facteur de clavecins qui construit des instruments très intéressants: des clavecins à 1, 2 et même 3 claviers, des clavicordes, etc. Dans le contenu de cette page, c'est plus particulièrement ses instruments à 3 claviers qui nous intéressent.

L'instrument du facteur japonais Tatsuo Takahashi ( 1990 ), instrument à 3 claviers , réunit les possibilités de jouer de la musique baroque et contemporaine , ce qui est actuellement assez rare pour être mentionné ici.

Premier clavier ( celui du bas ) = un 16' avec luth possible, et accouplements possibles avec les 2 autres claviers.


2ème clavier = ce clavier comporte un 8' et un 4' pouvant être joués séparément ou ensemble (le 8' peut être "luthé"). Ce clavier peut s'accoupler avec le 3ème clavier. En annulant tous les jeux du 2ème clavier, on peut le rendre muet.


3ème clavier (du haut) = comporte un 8' seul.

Seuls les jeux de 16' du 1er clavier et de 8' du 2ème clavier peuvent être luthés, si nécessaire. Cette disposition est très originale et certainement unique actuellement, à notre connaissance dans une production artisanale contemporaine. Pour voir cet instrument, il faut consulter le site Internet ci-dessous. Le facteur japonais s'est inspiré ici directement de clavecins anciens ( Cristofori, Hass ). Un tel instrument ( 3 claviers ) est, probablement, l'une des plus belles synthèses en facture de clavecins modernes, pour allier modernisme et respect de la facture historique (avec apport du précieux  jeu de 16' ):


•  Concernant le clavecin à plusieurs jeux (au-delà des 3 jeux classiques 8', 8', 4'), voici un lien intéressant: cliquer ici . De ce lien, nous tirons le commentaire suivant sur l'Ecole allemande de facture de clavecins, au 18ème s.: " au XVIIIè siècle, prédominent deux écoles de facture : celle de Hambourg avec les familles HASS et ZELL, et une école d'Allemagne de l'Est et du Sud avec Silbermann. On voit apparaître alors une multiplication des rangs de cordes (2', 4', 8', 16') et du nombre de registres (jusqu'à 6) ".


  Matthijs Mijnders , facteur hollandais de clavecins anciens, a réalisé un très grand instrument intégrant un 16' à partir des critères techniques de construction d'un clavecin Ruckers ( 1644 ) conservé au Musée d'Anvers . Le calcul du 16' a porté la longueur de cet instrument à 3,03 m (!) pour une largeur de 0,82 m. Les jeux sont: 16', 2 x 8', 4', luth, luth sur le 16' (" luit en nasaal " = genre de " nasard "). En vignette agrandissable de cette page, nous donnons un cliché de cet instrument, clavecin véritablement gigantesque avec ses plus de 3 m de long !

  • http://home.tiscali.nl/~wnn454898/mijnders.htm  (site du facteur hollandais M. Mijnders),
  • http://home.tiscali.nl/~wnn454898/16voetsclav.htm  (page du site ci-dessus relative au très grand clavecin de M. Mijnders, avec 16').


[Les deux liens ci-dessus sont malheureusement devenus indisponibles début janvier 2008. Nous attendons un nouveau site pour ce facteur, peut-être ?].


•  Toujours concernant les clavecins à 3 claviers, il ne faut pas, non plus, négliger l'existence de " faussaires " célèbres qui, au 19ème siècle, " adaptèrent " des clavecins d'origine italienne, notamment, en leur greffant un ou deux claviers supplémentaires. C'est, probablement à partir de tels instruments, que l'on a attribué, peut-être à tort (?), de grands clavecins à 3 claviers au grand facteur Cristofori. L'un de ces créateurs d'instruments qui se révèlent des faux plus ou moins habiles, est Leopoldo Franciolini (Florence). Le grand facteur de clavecins David Jensen écrivit un texte intéressant, dans le lien suivant (http://www.harpsichord-man.com/scrapbook3.htm), concernant les " travaux " de L. Franciolini. Le cliché ci-dessous, à droite, montre l'un de ces clavecins à 3 claviers attribués à Cristofori (1703), mais qui est, en fait, une transformation dans la 2ème moitié du 19ème siècle par le fameux Leopoldo Franciolini. [Malheureusement, le lien ci-dessus relatif au facteur David Jensen a été interrompu le 2 mars 2010, le nom de domaine de ce facteur lui restant attribué: peut-être remettra-t-il en ligne un nouveau site prochainement ? Nous le souhaitons. Donc en attente pour l'instant !].

•  Toujours concernant les clavecins à 3 claviers, voici un spécimen de Stefano Bolcioni, Florence, lequel fut "retravaillé" par L. Franciolini pour en faire un grand clavecin de trois claviers, ne s'accouplant pas, et faisant entendre deux jeux de 8' et un jeu de 4', indépendants; donc un jeu par clavier. Ce clavecin du 17ème siècle fut revendu par Franciolini dans son état actuel. Consulter le lien suivant très intéressant: cliquer ici

•  Le facteur de clavecins à Hambourg, Hieronymus Albrecht Hass (1689-1752) a été l'auteur de très grands clavecins au milieu du 18ème siècle. Notamment, on mentionne un très grand instrument avec 3 claviers. Voici ce que nous trouvons dans l'Encyclopédie Wikipedia dans la rubrique sur ce facteur: "Hass a construit le plus grand clavecin connu antérieur au XXe siècle : construit en 1740 cet instrument exceptionnel possède trois claviers, deux tables d'harmonie, cinq jeux de cordes (16, 8, 8, 4 et 2 pieds), six registres avec jeu de luth et jeu de harpe pour le 16 pieds. Cet instrument a été la propriété de Rafael Puyana et reproduit par la maison Robert Goble & Son. Il a été joué par Trevor Pinnock dans le Concert champêtre de Francis Poulenc. Rafael Puyana ne pouvant plus l'exporter pour l'utiliser en concert suite à une interdiction d'export de France au titre de Tresor National, il semble que cet instrument soit sur le marché au prix de 1.200.000 euros, avec une interdiction d'export le rendant peu attractif". A l'occasion du décès de ce claveciniste, en mars 2013, c'est l'occasion de mettre en lumière cet instrument considérable ! Ecoutez ceci: cliquer ici . On peut dire que cela "ferraille" pas mal .... 


Vue d'un clavecin à 3 claviers, prétendument de Cristofori, 1703. Mais en fait adapté par Leopoldo Franciolini dans le 2ème moitié du 19ème s. (Germ. Nationalmuseum, Nuremberg): ci-dessous, à droite

Clavecin prétendument de Cristofori (1703), mais retravaillé par Leopoldo Franciolini. Crédit: Les instruments de musique et leur décoration, C. Rueger, Mondialo éd. Leipzig, 1985


Le rôle du jeu de 16 pieds dans le clavecin moderne: voir texte ci-dessous

•   Apport du 16' dans le clavecin et dans l'interprétation, avis personnel:

On peut discuter longtemps de l'authenticité du 16' (16 pieds) dans la construction de certains clavecins actuels. Le clavecin des 17 et 18èmes siècles, lorsqu'il comporte 2 claviers, est le plus généralement, et historiquement, assorti de deux jeux de 8 pieds, d'un jeu de 4 pieds et d'un système permettant d'étouffer partiellement le son du second clavier (ce que l'on appelle le "luth" ou jeu de " 8 pieds luthé "). Cette disposition est pratiquement celle qui prévalait, en "standard", dans les grands clavecins dès la toute fin du 17ème siècle, et au début du 18ème s.

Le 8 pieds du premier clavier s'apparenterait au jeu de Montre de l'orgue: c'est un 8 pieds rond avec une sonorité généreuse et ample. Sur ce premier clavier, on peut accoupler le 4 pieds qui reproduit chaque note de la partition à l'octave au-dessus (le 4 pieds, c'est le "le soleil qui arrive" ainsi que le disait notre professeur de clavecin). Le second 8 pieds, celui du second clavier, possède en général une sonorité différente car le pincement de la corde s'effectue à un endroit légèrement différent des cordes du 8 pieds du premier clavier. La sonorité du second 8 pieds est normalement plus légère, plus fine et avec un timbre légèrement "nasard"; c'est une couleur du clavecin très appréciée et, il faut bien le dire, séduisante pour l'interprète. Le 8 pieds luthé (au second clavier, le plus souvent) apporte encore une autre couleur dont, malheureusement, à notre goût personnel, nettement trop peu d'interprètes font usage en concert. Une main gauche jouant au second clavier au 8 pieds luthé (donc un peu étouffé) permet à la main droite d'exprimer une mélodie au premier clavier avec son 8 pieds ample et rond bien en évidence (une forme de "récitatif" ou de "mise en évidence", pour tenter d'évoquer l'orgue). On peut même jouer du 8 pieds luthé à la main gauche et du 4 pieds transposé une octave en dessous, au premier clavier. Là, la mélodie ou le thème sont remarquablement mis en évidence à la main droite, avec un son très clair et assez intense (ce genre d'artifice mettant en action, de manière vivante, les jeux du clavecin peut convenir, par exemple, pour un court mouvement d'une suite de J. S. Bach, notamment dans une première phrase d'un Menuet d'une Suite).

Et le 16 pieds dans tout cela ? Le 20ème siècle a apporté ce jeu au premier clavier pour reproduire ce que le Bourdon apporte dans l'orgue (les notes jouées à l'octave au-dessous du 8 pieds, ou "Montre"). Le " plenum " du clavecin devient alors, dans l'instrument moderne, une association des 4 jeux suivants: 16', 8', 8', 4' . Mais le 16 pieds à notre goût personnel est un jeu absolument remarquable et vraiment suave lorsqu'il est joué seul à l'octave au-dessus, pour s'exprimer à la hauteur d'un 8 pieds normal mais avec une sonorité rappelant un peu la harpe dans ses notes graves. Les clavecinistes du 20ème siècle, ayant subi l'influence d'interprètes tels que Wanda Landowska, utilisèrent cette couleur du 16 pieds transposé à l'octave au-dessus de sa hauteur normale. Si l'on écoute les disques de grands clavecinites du 20ème s., tels que la géniale Zuzana Ruzickova, on reste très ému par ces couleurs douces et chatoyantes apportées par le 16 pieds joué à l'octave au-dessus de sa hauteur normale, pour remplacer exactement un 8 pieds normal, mais avec quelle différence dans le modelé, et quelle onctuosité et douceur, pourrait-on dire !

Non, le clavecin n'est pas qu'un simple instrument à jouer (parfois de manière un peu ennuyeuse) d'un ou de deux 8 pieds, mais bien un instrument (comme l'orgue) capable de séduire l'oreille par des registrations étudiées qui peuvent surprendre et dévoiler de nouveaux secrets dans des partitions pourtant souvent bien connues ! Le monde a été créé avec des couleurs, appliquons-les aussi en musique !

Pour terminer, nous tirons un texte du lien suivant: cliquer ici . Voici: " la facture hambourgeoise­ et celle des Hass en particulier­ représente une exception par rapport aux standards pratiqués à la même époque dans le reste de l'Europe (18ème s.). Ces particularités sont la multiplication des rangs de cordes (2', 4', 8' et 16'), du nombre de registres (jusqu'à 6 pour certains clavecins) et des claviers portés parfois au nombre de 3. Il faut sans doute voir là un reflet de la passion qu'éprouvent les musiciens allemands pour l'orgue. La disposition de ces instruments d'exception peut sembler extravagante si  l'on songe que le clavier supérieur comporte (sur un exemple dû à Johann Adolph Hass daté de 1740) un jeu de 8' avec plectres en plume et seulement une « basse » de 2', sur 30 notes. Le clavier inférieur, lui, constitue un plenum imposant, avec, dans l'ordre, un 4', un 8'  (plectres en cuir), un 16' (plectres en plume) et une basse de 2' de 44 notes cette fois-ci " ! Imaginons un peu la variété de registrations possibles sur un tel instrument, lequel, par ailleurs, devait être particulièrement difficile à accorder !


Vue d'un grand clavecin avec un 16 pieds au 1er clavier (Eric Herz, 1974. Cessation d'activités en 1995): ci-dessous, à droite

Clavecin avec 16', 8', 8', 4', par Eric Herz, 1974. Crédit: http://www.harpsichord.com/Gallery/


Vue d'un clavecin Pleyel des années 1950: ci-dessous, à droite

Clavecin Pleyel de 1951 avec les jeux 16', 2 x 8' et 4' (7 pédales). Crédit: http://www.harpsichord.com/List/

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage