WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Autres instruments > Le Fortepiano
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Le Clavicorde
Le Fortepiano
Clichés (fortepianos)
Le piano Steinway du Locle (inaug.)
Piano Yamaha GT2, occasion
Notre virginal italien Neupert
Autres instruments divers
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Le Fortepiano


Le fortepiano: B. Cristofori, inventeur du premier instrument à clavier à cordes frappées

Fortepiano de B. Cristofori, 1726 (Musée d'Instruments de musique, Univ. de Leipzig). Crédit: Encyclopédie illustrée, Instruments de Musique, Gründ, 2003





•  Bartolomeo Cristofori naquit à Padoue en 1655. A partir de 1690 environ, il vécut à Florence à la Cour du grand-duc Ferdinand de Médicis. C'est à cette époque qu'il construisit la plupart des instruments que l'on a conservé de lui ou dont les inventaires florentins de l'époque font mention. Cristofori eut aussi la charge des collections musicales des Médicis. Il décéda à Florence en 1731. En plus des clavecins, il s'occupa de réaliser un nouvel instrument dont on puisse jouer en variant la dynamique (expressivité du toucher), ce dont le clavecin n'était pas capable. D'après des recherches effectuées vers la fin du 20ème siècle, le nouvel instrument vit le jour vers 1700, peut-être deux ans plus tôt. Le PIANO, dont les cordes sont mises en vibration autrement que chez le clavicorde ou le clavecin, était apparu. Pour la première fois, il s'agissait de marteaux (généralement garnis de cuir) qui venaient FRAPPER la (ou les) cordes.

On a conservé en tout trois fortepianos de Bartolomeo Cristofori: le plus ancien (1720) se trouve à New York (Metropol. Museum), le deuxième (1722) est à Rome, et le 3ème (1726) est au Musée d'instruments de musique de l'Université de Leipzig. Des 3 instruments, c'est celui de Leipzig qui paraît être le mieux conservé dans sa forme d'origine (très peu de changements ultérieurs). L'instrument de Leipzig a une tessiture de quatre octaves (do1 à do5). Il est encastré dans une "caisse" peinte reposant sur des pieds à barreaux. Avant d'arriver à Leipzig, ce piano fit partie de la collection d'Alessandro Kraus, puis il passa par un musée de Cologne. Il est donc maintenant prouvé que B. Cristofori construisit le premier "cembalo a martellati" (clavecin avec marteaux), en 1698. Il est donc considéré comme l'inventeur du piano. Outre ce fameux fortepiano de Cristofori, le musée instrumental de Leipzig contient également, toujours de Cristofori, quatre clavecins (1693, 1722, 1726 et un autre clavecin non daté). On possède encore de Cristofori, au Musée instrumental Cherubini de Florence, une contrebasse datée de 1715. Un autre clavecin est gardé au Musée Neupert à Bamberg (1703).


•  Mais il y eut d'autres constructeurs de fortepianos. Un poète de la Cour de Dresde, Johann Ulrich König, traduisit en allemand un article italien de Maffei sur l'invention de B. Cristofori: "gravecembalo col piano et forte". C'est ainsi que le fortepiano de Cristofori fut connu en Allemagne. Johann Mattheson publia cet article dans son magazine "Critica musica" en 1725 à Hambourg. Gottfried Silbermann (vie: 1683 à 1753), facteur d'orgues à Freiberg, s'enthousiasma rapidement pour le nouvel instrument. Il adopta les critères de Cristofori et passa même, en Allemagne, pour être l'inventeur du fortepiano ! Silbermann apporta des améliorations. En mai 1747, J.S. Bach apporta un jugement favorable aux instruments de Silbermann. Le piano Silbermann de Sans-Souci à Potsdam est vraisemblablement le plus ancien des pianos Silbermann (date: 1746).


•  John Broadwood & Sons à Londres (1732 à 1812) travailla comme aide dans les ateliers du facteur de clavecins Burkato Shudi dont il épousa la fille. Il devint co-propriétaire de la firme puis héritier de cette entreprise qui construisit, dès 1773, à côté des clavecins, des fortepianos portant le nom de Broadwood. Broadwood et son assistant Stodart mirent au point la mécanique dite anglaise du piano. Broadwood fit breveter son mécanisme en 1783. Les pianos Broadwood connurent une renommée considérable. Beethoven en reçut un en cadeau à Vienne (en décembre 1817; le No 7362). Cet instrument est conservé au Musée National de Hongrie: il a une tessiture de 6 octaves (do1 à do6) et est équipé de triples cordes. Les marteaux sont dirigés vers l'arrière. Pianos Broadwoodcliquer ici pour l'historique . 


•  Autres facteurs connus:

Ignatz Kober (Vienne: 1756 à 1813); construisit des instruments proches des Cristofori - Silbermann. Mécanique anglaise en version viennoise. Mozart aurait joué de ces instruments Kober lors de ses séjours à Prague. Un piano Kober, fin 18ème s. est visible ici: http://www.prices4antiques.com/itemsummary/191599.htm .

Johann Jacob Seÿdel (1758 à 1806), né en Allemagne, mais vécut à Vienne. On a conservé de lui deux pianos, l'un à New York et l'autre au Musée National de Prague. Ce dernier porte le No 22 et est daté de 1799. Un rare piano Seÿdel de 1785 est visible dans le site Internet suivant: http://www.metmuseum.org/art/collection/search/504663.

Michael Weiss, né en Allemagne en 1764, s'établit à Prague vers 1793 (ou 1820 selon d'autres sources) et fut connu à l'étranger pour la qualité de ses pianos. Il mourut en 1838. On a conservé 9 instruments de lui, dont le No 432 (de 1800), avec mécanique viennoise. Voici un instrument de Michael Weiss: voir ici (©).

-  parmi les anciens pianos il faut encore mentionner les premiers instruments Erard. Un de ceux-ci (datant de 1781) est visible dans le lien Internet suivant: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Piano-forte_Erard_1781.JPG .


•  Bibliographie et nombreux liens Internet sur le piano:

Le Piano, par Klaus Wolters, éditions Payot, Lausanne, 1971.

Instruments de Musique, Encyclopédie Illustrée, par Bohuslav Cízek, adaptation française par Cécile Boiffin, éditions Gründ, 2003.

Dictionnaire de la Musique, Collection Marc Honegger, 2 volumes, éditions Bordas, Paris, 1993.

Encyclopédie des instruments de musique, par Alexandre Buchner, (traduction B. Faure), éditions Gründ, Paris, 1980.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Piano-forte ,

http://www.pianobleu.com/pianoforte.html ,

-  une artiste du fortepiano: cliquer ici ,

-  http://www.lvbeethoven.com/ (un très beau site sur L. van Beethoven, ©),

http://www.fortepiano.eu/ (le facteur McNulty, constructeur actuel de copies remarquables de fortepianos),

http://www.sofronitzki.com/ (une grande interprète au fortepiano, épouse du facteur McNulty et que nous avons entendue à Vevey lors d'un concert, en avril 2013),

http://www.hecherpiano.com/index.html (autre facteur de pianos anciens),

http://auclavier-bientempere.fr/piano-carre-pleyel.htm (piano carré Pleyel de 1821, restauré), 

http://www.auclavier-bientempere.fr/ (site d'un restaurateur de pianos du 19ème siècle), 

http://www.musicaanticamagnano.com/brauchli/bb-p-fp-f.htm (un artiste connu du fortepiano), 

http://www.pianosromantiques.com/ (pianos anciens),

http://www.shafferpianos.com/squares/ (autre lien utile: fortepianos dits "carrés"), 

http://www.fr.early-keyboard.com/Piano.htm (le fortepiano de Cristofori),

http://en.wikipedia.org/wiki/Bartolomeo_Cristofori ,

http://www.musicologie.org/sites/p/piano.html (sur le piano de Cristofori),

http://fr.wikipedia.org/wiki/Piano (sur l'invention du piano),

http://perso.orange.fr/accordeur.pianos/histoire_piano.html (histoire du piano),

http://www.pianoworld.com/gallery/piano_pictures2.htm (image d'un fortepiano de Cristofori),

http://www.gb.early-keyboard.com/Cristofori.htm (Cristofori et les Médicis), 

http://www.denzilwraight.com/crisfp.htm (copie d'un fortepiano de Cristofori), 

-  http://www.jc-neupert.de/de/node/38 (copie d'un fortepiano G. Silbermann, par le facteur Neupert), 

-  http://www.jc-neupert.de/de/taxonomy/term/6 (les fortepianos du facteur Neupert de Bamberg),

http://www.mozartpiano.com/ (autre lien sur le fortepiano),

-  trois exemples de la sonorité du fortepianocliquer ici, aussi ici, aussi ici






•  En guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché représentant un fortepiano de B. Cristofori. Cliquer sur l'image pour l'agrandir. [Crédit: Instruments de Musique, Encyclopédie illustrée, éditions Gründ, 2003]. Autres clichés de fortepianos dans la rubrique "clichés" attenante à cette page de texte.

 

Haut de page

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage