WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Musique (terminologie) > Vocabulaire musical, jeux d'orgue
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Vocabulaire musical, jeux d'orgue
Formes musicales
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Vocabulaire musical, jeux d'orgue


Vocabulaire musical et instrumental, jeux de l'orgue

 


•  Dans cette rubrique, notre intention est de tenter de mettre en évidence, progressivement, des termes spécifiques de la musique et de son "vocabulaire". Chaque fois que, dans nos rubriques, un terme spécial apparaîtra nécessitant une recherche dans des dictionnaires, nous établirons un lien hypertexte renvoyant à ce vocabulaire musical (notamment en ce qui concerne les jeux de l'orgue). La   terminologie des jeux de l'orgue paraît (et est !) souvent complexe, voire un peu obscure (!). Il arrive même que certains termes identiques désignent des jeux assez différents dans leur timbre. L'ouvrage que nous mentionnons comme dernière source bibliographique, ci-dessous, est très complet et nous permet d'approcher au mieux la terminologie des jeux de l'orgue.

•  Sources bibliographiques pour la terminologie des jeux de l'orgue :

http://www.organstops.org/ (un site essentiel à connaître),

http://klmt.club.fr/orgue/nom/nom.htm (autre site utile pour les noms des jeux à l'orgue); ce site, très bien fait, est cependant inactif depuis le 22 sept. 2008. Nous le gardons en réserve, car il nous a été très utile durant plusieurs années.

http://decouverte.orgue.free.fr/jeux.htm (autre lien utile pour les jeux de l'orgue),

-  autre lien utile pour la connaissance de l'orgue : cliquer ici,

-  autre lien utile: cliquer aussi ici,

http://michele-gabriel.chez-alice.fr/pge77-31.html ,

-  autre lien dans Wikipedia : chercher dans Google sous "jeux d'orgue" (lien ne marche pas ici car l'apostrophe n'est pas bien gérée par Wikipedia),

http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-d-orgue-musique/ (lien utile),

http://antoine.pietrini.perso.sfr.fr/glossaire.htm (autre lien utile),

-  autre lien très utile: http://dictionnaire.metronimo.com/index.php?a=index&d=1 ,

-  mieux comprendre les jeux de mutation à l'orgue: cliquer ici,

-  autre lien pour comprendre les jeux de l'orgue : cliquer ici,

-  terminologie des notes (symboles) selon la langue et le pays : cliquer ici,

-  autre lien: cliquer ici,

-  autre lien: cliquer ici, et autre lien: cliquer ici , et ici aussi ,

-  http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/orgueesp.html (les jeux de l'orgue espagnol traduits),

http://www.orgues-et-vitraux.ch/default.asp/2-0-2819-11-6-1/ (l'orgue espagnol de Serrières, canton de Neuchâtel: nomenclature des jeux ibériques).

un ouvrage essentiel paru récemment : Lexikon der Orgel, Orgelbau, Orgelspiel, Komponisten und ihre Werke, Interpreten, Laaber-Verlag, Köthen, 2008.

                                                                 
                                                        * * * * * * * * * *   


•  Acuta = Scharf. Ce jeu est apparu vers 1500. Jusqu'au 18ème s., le jeu Scharf était une Mixture du registre aigu sans Tierce avec par exemple: 2/3', 1/2', 1/3' ou 1/4'. Au 19ème s., Scharf est une Mixture de 3 rangs avec, par exemple, la composition suivante: 2' + 1 3/5' + 1 1/3'. Lors de l'Orgelbewegung, on remarque un retour à la Mixture aiguë sans Tierce. La Mixture aiguë est toujours utilisée actuellement, notamment dans la facture allemande d'orgues.

•  Aéoline ou éoline: ancien instrument précurseur de l'harmonium, et aussi jeu d'orgue. De Aeolos, Dieu du vent: l’un des premiers noms qui furent donnés au Mélodium, autrement dit orgue expressif. Il s’agit d’un instrument à clavier et à anches libres. C’est un orgue de petites dimensions que l’on fait parler, comme l’harmonium, au moyen de languettes métalliques vibrant par l’action d’un courant d’air. Vers 1820, l'Aéoline devient un jeu de l'orgue rappelant l'Harmonium. Avec Walcker, facteur allemand, l'Aéoline devient un jeu doux, rappelant le violon. Vers la fin du 19ème s., l'Aéoline devient un jeu à bouche doux que l'on combine assez souvent avec l'effet ondulant de la Voix Céleste. Ce jeu était courant dans les orgues vers 1900. Ecarté lors de Orgelbewegung, ce jeu est revenu parfois dans les instruments à caractère symphonique (comme imitation de l'Harmonium).

•  Anche: en organologie (construction de l'orgue), c'est un terme générique qui désigne les tuyaux à anche. Il y a les anches simples ou Clarinettes. Elles ont une anche battante. Il y a les anches doubles ou Hautbois, avec 2 anches battantes (elles sont de perce conique ou Bombardes et de perce cylindrique ou Cromornes). Il y a les anches libres avec une série de lamelles ou verges vibrantes (comme l'Harmonica). Dans les anches, on trouve aussi les anches encapuchonnées qui donne à l'orgue le jeu de Douçaine.

•  Antiphonaire: recueil de chants et antiennes de l'office, à l'exclusion de ceux de la messe. Recueil des chants du répertoire grégorien, incluant ceux de la messe. Antiphonie: forme musicale caractérisée par l'alternance question-réponse entre 2 groupes d'instruments ou de voix.

•  Bachflöte: autre nom pour la Blockflöte, Flûte douce.

•  Barker (machine ou assistance Barker): la machine Barker est un dispositif pneumatique permettant de diminuer la résistance des touches des claviers de l’orgue. Le brevet a été déposé à Paris en 1839 par Charles Spackmann Barker, facteur d'orgues anglais installé à Paris. Pour comprendre, cliquer sur les 2 liens suivants: lien 1, lien 2 .

•  Bartpfeife: jeu d'orgue présent déjà au 16ème siècle. Dans l'orgue actuel, ce jeu se dénomme aussi Baarpijp ou Baardpijp: c'est une Flûte en métal, ouverte, conique, dont le timbre est proche du Gemshorn (Cor de chamois).

•  Basun: le Trombone, notamment en norvégien (voir ici).

•  Basse Tuba: Tuba basse, anche de 8 ou 16' (orgue).

•  Bassflöte: c'est un registre propre à la Pédale de l'orgue, le plus souvent en bois. Les tuyaux sont parfois de type bouchés. En 16', 8' ou 4'.

•  Basson: en allemand c'est le Fagott.

•  Bauernflöte, Bauernpfeife: vers 1500, c'était une Flûte bouchée en métal de 1' (pouvant assumer le Cantus firmus à la Pédale). Plus tard, ce jeu devint un 2'. Puis on en fit une Flûte ouverte de 2' disponible aux claviers. Son timbre devait rappeler la Flûte à bec.

•  Becher: terme allemand signifiant gobelet. Désigne, en facture d'orgues, le corps des tuyaux des jeux à anche (Trompette, Posaune...).

•  Bellgamba ou Bellgambe: variante de Gambe avec un tuyau à corps conique d'abord rétréci vers le haut, puis, avec un autre corps conique inversé tout en haut du tuyau. Cliquer ici pour voir.

•  Bifara (aussi Piffaro, Bifra): de 1700-1880 environ, ce terme désignait un jeu d'orgue de 8' ayant une sonorité "ondulante" chantante. Le facteur Joseph Gabler essaya, sous le nom de Piffaro, un jeu de Principaux en 8', 4' et 2' qui parlaient ensemble lorsqu'on actionnait le tirant nommé Piffaro. Il n'y avait alors pas d'effet ondulant. Vers 1950, le Piffaro (ou Bifara) devint un jeu de Pédale de 4' + 2', 2' + 1' ou 4' + 2' + 1', sans effet ondulant, mais destiné à mettre en évidence le "Cantus firmus". Le facteur suisse Kuhn utilise assez souvent un Piffaro 4' + 2' à la Pédale. Pour information, cliquer ici.

•  Blockflöte: Flûte à bec ou Flûte douce en facture d'orgue. Jeu ouvert de 1 à 16'.

•  Bombarde: instrument folklorique breton avec anche double et pavillon très ouvert produisant des sons puissants. Dans la facture d'orgue, la Bombarde est aussi une famille de tuyaux à anche, de type Trompette en bois mais aussi souvent en métal (étain). Le tuyau est de forme conique régulière et de grande longueur. La Bombarde sonne à l'octave grave de la Trompette (16') ou à la double octave (32'), prenant alors le nom de Contre-Bombarde. La Bombarde est associée à la Trompette et au Clairon de l'orgue pour former un tutti d'anches très important. La Bombarde est généralement située au pédalier ou au clavier de Grand-Orgue. Dans les très grands instruments, on a même un clavier spécifique dit "de Bombarde" avec une batterie d'anches.

•  Bombardon: à l'orgue = Bombarde grave, anche de 8 à 32'.

•  Bordun: c'est le Bourdon (parfois en langue allemande dans le descriptif d'un orgue).

•  Buccina: jeu de Trombone à l'orgue (terminologie italienne).

•  Buzène: ou Bazuin; c'est le jeu de Trombone (Posaune): cliquer ici pour voir.

•  Carillon (Glocken; Chimes en anglais) : à l'origine, le jeu de Carillon à l'orgue était un jeu de Cloches ou plutôt de Timbres métalliques actionné depuis la console. Il s'agissait donc bien d'un Glockenspiel. Plus tard, et notamment avec Cavaillé-Coll, le Carillon n'est plus un jeu de type "percussion", mais au contraire un jeu formé d'un ensemble de registres mélangés (donc une Mixture) de 2 (jusqu'à 6 rangs) comprenant au moins, pour une fondamentale d'un Do de 8': la Douzième (soit la Quinte 2 2/3'), la 17ème (soit la Tierce 1 3/5'), la 22ème (soit la Superoctave 1'). En montant vers l'aigu, une Reprise a lieu avec, pour un Do fondamental de 8': la 5ème (la Quinte 5 1/3'), la 10ème (le Mi par rapport à un Do de 8'), la 15ème (le Do d'octave 2' par rapport à un Do de 8'). Le Carillon est donc devenu une mixture de tuyaux ouverts, larges, plutôt courts. Vers 1950, on ajouta des rangs (la Septième, la Neuvième). Il ne faut pas confondre le jeu de Carillon avec le Zimbelstern (appelé souvent Etoile): le Zimbelstern est formé de cloches ou timbres disposés en étoile tournante et frappés par des marteaux lorsqu'on actionne le registre correspondant à la console (voir aussi ici). Un orgue équipé d'un Zimbelstern comporte une étoile tournante visible en façade de l'instrument. L'ouvrage Lexikon der Orgel, éd. Laaber (2008) fait une petite différence entre Carillon (ou Chimes en anglais) et Glockenspiel (en allemand): le Carillon est généralement constitué de tubes métalliques (bronze, laiton) dont la frappe est déclenchée par un système électrique, électro-pneumatique, ou pneumatique; le Glockenspiel est généralement un jeu de rangs de cloches de forme hémisphérique avec des marteaux pouvant les actionner par une commande mécanique avec un mouvement propre, souvent proche de l'horlogerie (comme à Weingarten, facteur J. Gabler, 1750).

•  Céleste: voir ci-dessous sous Schwebung et cliquer ici.

•  Chalumeau: une anche qui serait assez proche de la Régale. Le son du Chalumeau (ou Schalmei en all.) peut varier de la Trompette au Cromorne ! Cliquer ici

•  Chamade (en): se dit d'un jeu de Trompette (notamment) disposé horizontalement par rapport à la verticalité de la façade d'un orgue. Ces anches sonnent puissamment; elles sont dites "disposées en Chamade".

•  Choralbass: Basses de choral; jeu d'orgue ouvert de 4'.

•  Clarabella: ce jeu d'orgue est proche de la Flûte, ou plutôt de la Hohlflöte (Flûte creuse). Voir ici .

•  Coppel ou Copel: à l'origine, ce jeu d'orgue était constitué de tuyaux bouchés (des "Gedackt"). Dès le 17ème siècle, il fut appelé Copula ou Koppel et construit en bois avec des caractéristiques proches des Principaux en bois. Parfois, Coppel désigne un jeu constitué de tuyaux métalliques et aux sonorités proches du Gemshorn ou d'un Principal. En fait, Copel est plutôt un terme générique qui désigne un jeu d'orgue de 8 ou 4' destiné à être accouplé à un autre. Le terme Copel peut se rapporter à un Principal, une Flûte, un Gemshorn ou un Gedackt.

•  Cor anglais: instrument à vent qui appartient aux anches doubles (famille du Hautbois). A l'orgue, c'est un jeu d'anche de 8', parfois de 16'.

•  Cor de basset: instrument à vent appartenant aux anches simples, comme la clarinette. A donné un jeu d'orgue, jeu d'anche de 8'.

•  Cor de chamois: jeu très spécifique de l'orgue, notamment de l'orgue romantique. C'est un jeu de tuyaux à bouche, coniques, de 8', 4' ou 2', ou encore de 2 1/3' ou 1 1/3'. Sa sonorité est DOUCE et évoque celle du COR.

•  Cornet: le jeu de Cornet est un jeu particulièrement spécifique de l'orgue de l'époque baroque. Avec un seul tirant, l'organiste appelle, en principe, 5 rangs de tuyaux regroupant un 8', un 4', un 2', une quinte 2 2/3' et une tierce 1 3/5'. Ce jeu est magnifique et se prête bien au "récitatif" à l'orgue. Parfois même, le troisième clavier (Récit) d'un orgue baroque est constitué d'un jeu de Cornet appuyé par une Trompette, par exemple. Le même terme de Cornet peut désigner aussi un jeu d'anche, proche du Chalumeau, mis à la Pédale, en 4' ou 2', le plus souvent. On voit donc, une fois encore, que le même terme français peut désigner deux jeux bien différents. Voir les sites suivants: ici, ou encore ici

•  Corno: un jeu qui correspond au Cor français. Lien: cliquer ici . C'est un Cor de type orchestral. 

•  Cornopean: jeu imitant le Cornet orchestral ou Cornet à pistons. Voir ici: cliquer.

•  Coro viole: Coro Viole 3 rangs: rare jeu italien du début du 20ème siècle. Selon une information de la Manufacture Ruffatti, transmise par Metzler, ce jeu est constitué d'un jeu gambé de 8' débutant au C (unisson) + un rang de Céleste (battements) débutant à F6' et un 3ème rang à C4'. Le volume de ce jeu à plusieurs rangs correspond environ à un Salicional 8' (unisson) + Voix céleste pour les rangs plus aigus. C'est donc un jeux orchestral avec effet de battements. Le rang de base (8' C) peut être extrait pour une transmission, type Cello, à la pédale de l'orgue (comme à Freiburg-en-Brisgau, orgue de tribune Metzler au Münster). Ce rang de base peut aussi être extrait pour donner une Viola d'Orchestra de 8' dans le même plan sonore que celui où se trouve justement le jeu Coro viole.

•  Cromorne: très important jeu de l'orgue de la famille des anches. Traditionnellement, les tuyaux du jeu de cromorne présentent un résonateur cylindrique de taille moyenne, ouvert ou bien partiellement obturé par un clapet réglable, et de mi-hauteur. Cela signifie que, pour un cromorne de 8 pieds, les résonateurs sont proportionnés comme ceux d'un jeu à bouche de 4 pieds. Il sonne communément en 8 pieds, mais on peut quelques fois trouver des Cromornes en 16 pieds (à la pédale) et plus rarement en 4 pieds. Dans l'orgue du 18ème siècle (et encore actuellement), ce jeu soliste est placé dans le Positif dorsal de l'instrument. Dans l'orgue romantique, le Cromorne n’était pas trop apprécié à cause de la rudesse de son timbre rauque ("cruchement"), aussi, bien souvent, en adoucissait-on l’harmonisation pour le transformer en Clarinette. La Clarinette des grandes orgues de Notre-Dame de Paris résulte de cette transformation, effectuée par Cavaillé-Coll à partir du Cromorne de Clicquot.

•  Cymbelstern (ou parfois Cimbelstern): voir ci-dessous sous Zimbelstern.

•  Diapason: jeu ouvert de 8' à l'orgue, proche du Principal.

•  Dolcan (parfois Dolkan): voir ci-dessous sous le mot Dulcian.

•  Dolce: genre de Flûte ou de Bourdon doux, habituellement. Cliquer ici.

•  Douçaine: voir ci-dessous sous Dulcian.

•  Dulcian: ce terme peut désigner un jeu à bouche proche du Principal ou du Diapason (voir ici). Le terme de Dulcian peut aussi désigner, parfois, un jeu proche du Basson, donc un jeu d'anche (voir ici). D'où la complexité de la lecture de la composition des jeux d'un orgue sur le papier ! Expliquons nous: selon le Lexikon der Orgel, éd. Laaber, 2008 (préfacé par Ton Koopman): il existe le jeu de Dulzian (à bouche), appelé aussi Dulziana ou Dolkan. Ce jeu à bouche fut introduit, semble-t-il, vers 1590 (Renaissance). Au 17ème siècle, on rencontre parfois un jeu de Dulzian de 4' avec un corps de tuyau légèrement en forme d'entonnoir. Ces jeux sont, selon cet ouvrage, présents au 17ème s., comme jeux à bouche en Suisse, Allemagne du Sud et Autriche. C'est au 18ème siècle que le terme Dulziana, pour ce jeu, serait apparu. Ces jeux étaient " relativ eng mensuriert, schmal labiiert und etwas hoch aufgechnitten ". Ce jeu, dans cette présentation, a peu à peu disparu au début du 20ème s. Vers les années 1925 environ, ce jeu à bouche fut progressivement remplacé par une "Trichterflöte" ou flûte de forme évasée. En 1960, Ernst Karl Rössler inventa un jeu de Dulzian (ou Dolkan) de 2' à haute pression avec des tuyaux bouchés et en forme d'entonnoir. Cette variante disparut en 1975 environ. Toujours selon le même ouvrage Lexikon der Orgel (2008): voici le jeu Dulzian (ou Dulcian) à anche. Ce jeu est un héritage de la forme très ancienne du Basson dont on jouait déjà à la Renaissance (voir ici: cliquer et consulter). Le Lexikon der Orgel dit: en règle générale, le terme Dulzian se rapporte, actuellement, à un jeu d'anche avec résonateurs métalliques (en forme d'entonnoirs à la base, puis cylindriques plus haut). Les ouvertures des tuyaux peuvent être partiellement recouvertes d'un couvercle ou de cuir pour diminuer l'agressivité du jeu. Il est démontré que ce jeu d'anche est apparu, notamment, au Pays-Bas vers 1543 (nom: Toesijn). On a aussi relevé des variantes en bois (Holzdulzian). Puis, au 17ème s., le nom de Dulzian fut attribué à une Régale à résonateurs courts et cylindriques (parfois appelée: Dulzianregal). Ce jeu, apparu à la Renaissance et repris au 17ème s., disparut un peu avec la facture de la fin du 19ème siècle-début 20ème s. Le mouvement " Orgelbewegung " (Organ-Reform), initié notamment par Albert Schweitzer, fit revivre, dès 1925 déjà, le jeu Dulzian à anche. Au 19ème s., les facteurs allemands Ladegast utilisèrent des jeux de Dulzian 16' (jeu à anche avec résonateurs en forme d'entonnoir en bois ou en étain); ces jeux, appelés aussi parfois Rankett, avaient une hauteur de 5 1/3' environ. En résumé: les MEMES termes peuvent désigner aussi bien un jeu à bouche qu'un jeu à anche. En lisant une composition d'un orgue, il faut surveiller où se trouve le terme Dulzian (ou Dulcian, Dulciana, Dolkan); si le jeu vient juste après les 16' et 8' au début du descriptif, il s'agit pratiquement à coup sûr d'un jeu à bouche. Si ces mêmes termes viennent en fin de descriptif avec les Trompette, Clairon..., il s'agit d'un jeu à anche. C'est pratiquement la seule façon de s'en sortir, à moins d'interroger le facteur ou le titulaire de l'instrument ! Le lien suivant ( ici ) indique que le terme Dulcian désigne un instrument à anche de la Renaissance, appelé parfois Douçaine en français, Dulzian en allemand, Bajon en espagnol, Dulciana en italien.

•  Dulzian: jeu d'anche au timbre proche du Basson (vois ci-dessus sous Dulcian). 

•  Dulzianregal: Régale à résonateurs courts (anche) en 4, 8 ou 16'.

•  Douzième: (12ème): jeu ouvert produisant la 12ème (= 2 2/3').

•  Euphone: une anche au timbre de Baryton. Voir ici: cliquer.

•  Fernwerk: en allemand, littéralement: corps de tuyaux éloigné. Il s'agit d'un petit orgue assez éloigné du grand orgue et qui contient des jeux essentiellement romantiques pouvant faire ECHO dans l'église avec le Grand Orgue. Ce système fut en vogue au moment de l'orgue romantique lorsque la traction électrique permit ce genre de prouesse. A noter qu'à la Cathédrale de Lausanne, il est prévu d'installer un "Fernwerk" en haut de la croisée du transept et couplé avec le nouvel orgue du facteur américain Fisk. Le Fernwerk est toujours jouable depuis la console principale du Grand Orgue.

•  Flachflöte: en allemand, une Flûte à tuyau légèrement conique à bouche plutôt large.

•  Flageolet: flûte populaire droite ancienne, comprenant 2 - 6 trous avec un bec en bois ou une fine canule en ivoire. Proche du pipeau. A l'orgue, c'est un jeu à bouche de son aigu (2').

•  Fugara: ce terme désignant un jeu de l'orgue semble être d'origine slovaque (Fujara). Il désigne une Blockflöte étroite pouvant mesurer 185 cm dans sa plus grande longueur et alimentée par une pression de vent assez élevée. Il semble que la première mention de ce jeu remonte à 1630 environ. Ce jeu fut introduit au 18ème siècle en Autriche et en Allemagne. Au 19ème s., l'intonation de la Fugara est plutôt puissante et assez "tranchante". Ce jeu disparut vers 1930, avec le mouvement de l'Orgelbewebung. Il est à nouveau revenu dans la facture contemporaine. Autre apport concernant le jeu de Fugara: jeu d'orgue de 8 ou 4' de la famille des jeux de gambe (selon le lien suivant).

•  Flötgedackt: Flûte-bourdon = jeu bouché de 4' à l'orgue.

•  Gambe: famille de jeux de fond de l'orgue. La Gambe est aussi appelée Viole de gambe. Les jeux gambés, aux tuyaux métalliques, se caractérisent par une taille étroite qui leur donne une sonorité plus mordante que celle des principaux. La Gambe est surtout utilisée dans l'orgue symphonique avec une hauteur normale de 8', 16' et parfois 4'. Les jeux gambés regroupent aussi le Salicional et le Violoncelle en facture d'orgues romantiques.

•  Gedeckt: (ou Gedackt). Il s'agit d'un terme signifiant souvent Bourdon. En fait Gedeckt signifie Flûte bouchée, donc une Flûte dont la sonorité est proche du Bourdon. Voir le lien suivant.

•  Gedeckt Quint: Quinte-Bourdon de 10 2/3' (jeu bouché à l'orgue).

•  Geige: jeu produisant un son proche du Violon à l'orgue (un 8' ouvert).

•  Glöckleinton: Mixture composée de deux rangs, à savoir 2' et 1'. Plus rarement, ce terme peut désigner un petit carillon.

•  Grande Quinte: jeu d'orgue de Quinte de 5 1/3' à 10 2/3' (en allemand: Grossquinte).

•  Gross Cornett: jeu d'orgue de Cornet à 6 rangs. Parfois dans l'orgue espagnol.

•  Grosse Tierce: jeu d'orgue de grosse Tierce (3 1/5' à 12 4/5'). Jeu ouvert.

•  Harfenregal: Régale à très petits résonateurs et produisant un son délicat. Peut rappeler la harpe.

•  Harfpfeife: terme allemand désignant un jeu d'orgue proche (quant au timbre) du Salicional. [Peut désigner un jeu (rang) de 8' additionné d'un rang de 4' accordés de telle manière qu'ils produisent un effet ondulant assez lent (langsam schwebend en allemand)].

•  Harmonia Aetherea: Harmonie éthérée = jeu composé d'orgue de 2-4 rangs. Voir ici: cliquer .

•  Harmonique: pour bien comprendre, consulter ici et aussi ici.

•  Harp: il s'agirait, parfois, d'un jeu doux de percussion. Voir ici.

•  Hörnle ou Hörnlein: ce jeu est apparu au 15ème siècle à la cathédrale de Bâle (Hans Tugi). En Allemagne du Sud, le terme Hörnlein désigne un jeu de deux rangs pouvant contenir une Tierce (ou pas). Le Hörnlein pouvait être un jeu de 2' + 1 3/5', sans reprises ou un jeu de 1 1/3' + 4/5', avec reprises. Au 16ème siècle, ce jeu portait aussi le nom bien connu de Sesquialtera. On a rencontré aussi des Hörnlein de 1' + 1 1/3', avec des reprises sur deux octaves. Mais, on a aussi rencontré, comme à Lucerne (Hofkirche) un Hörnlein qui est en fait une anche douce de 8' (facteur Johann Geissler, 1650). Le choix est vaste ! Voir: http://www.organstops.org/h/Hornlein.html .

•  Hörnli: selon le lien suivant (cliquer ici), ce jeu rare serait assez spécifiquement suisse, et serait apparu au 16ème siècle. Ce jeu serait l'équivalent d'un petit jeu de Cornet ou d'une Sesquialtera (une Mixture solo de 2 rangs avec une Tierce).

•  Hornprinzipal: dans l'orgue romantique allemand (début du 20ème s.), ce terme désigne un Principal spécial, avec une embouchure reproduisant (de manière un peu imparfaite, semble-t-il) le son du Cor (Horn).

•  Hohlflöte: Flûte creuse à l'orgue; jeu ouvert flûté de 2-8'.

•  Kontrabass: Contrebasse, jeu d'orgue ouvert de 16'.

•  Kontrafagott: Basson grave, jeu d'anche à l'orgue de 32'.

•  Kontraposaune: Contre-Trombone, jeu d'anche de 32' à l'orgue.

•  Koppel: en facture d'orgue: jeu bouché de 8' (terme allemand). Voir ci-dessus sous Coppel

•  Larigot: jeu de mutation de l'orgue de la famille des Flûtes, faisant entendre l'harmonique 6 du son fondamental, c'est-à-dire sonnant à la 19ème, soit 2 octaves et une quinte au dessus de ce son fondamental. La hauteur en pieds du Larigot est 1 1/3 pieds pour une fondamentale de 8'. 

•  Lieblichgedackt ou Lieblichgedeckt: Bourdon "aimable" ou "doux". Jeu bouché de 8 ou 16' à l'orgue.

•  Majorquinte: Quinte majeure de hauteur 10 2/3' à l'orgue.

•  Major-Tierce: Tierce majeure de hauteur 1 3/5' à l'orgue.

•  Mixture: terme de facture d'orgues qui désigne un ENSEMBLE de jeux de l'orgue, dans lesquels à chaque note correspondent plusieurs tuyaux à bouche, assez aigus, faisant généralement entendre des octaves, des quintes ou même des tierces du SON FONDAMENTAL. Le rôle de la Mixture est de donner de la LUMIERE et de la LEGERETE à la registration, donc d'empêcher la compacité sonore d'une polyphonie. L'époque baroque utilisa la Mixture, souvent largement. Dans l'époque romantique, les facteurs d'orgues étaient plus préoccupés à imiter l'orchestre symphonique et ils ont un peu abandonné les Mixtures. Les principaux jeux de la Mixture sont la Fourniture, la Cymbale et le Plein-Jeu. L'association des fonds (Principaux) avec les Mixtures constitue le PLENUM de l'orgue.

•  Montre: la Montre est constituée des tuyaux que l'on met en évidence en façade de l'orgue. La Montre est donc constituée de tuyaux visibles. En Montre, on place le plus souvent des Principaux, le Prestant (4') également. Le Principal est un tuyau ouvert, cylindrique, en métal, appelé Diapason aussi. Il constitue le "noyau" du Plenum de l'instrument. Le Prestant est un Principal de 4'.

•  Mutation (jeux de): pour mieux comprendre ces jeux, notamment à l'orgue italien, cliquer ici.

•  Nasard: Nasard (ou Nazard, ou Nasat) avec une hauteur 2 2/3' + 5 1/3', comme à la cath. de Poitiers (orgue). Généralement: la Quinte 2 2/3' .

•  Nason Flute: terme que l'on retrouve parfois dans l'énoncé des jeux d'orgue en anglais et désignant une Flûte faisant entendre sensiblement la Quinte (3ème harmonique). Une Flûte "quintoyante" en somme !

•  None: c'est le neuvième harmonique (8/9' au Clavier et 1 7/9' au Pédalier). None est aussi désigné par le terme 23ème. C'est donc un Ré par rapport à un Do fondamental. Voir le lien suivant.

•  Nonencornett: un Cornet avec un rang de 9ème (Ré), soit 8/9'.

•  Nonen Pfeife: Neuvième tuyau à l'orgue, tuyau ouvert de hauteur 8/9'.

•  Oberton: série d'harmoniques vers l'aigu à partie d'un son défini (voir ici : lien suivant).

•  Octave courte: voir le lien suivant : ici. Pour faire simple : la dernière octave grave du clavier se découpe, en ce qui concerne les touches blanches, de Do à Do de la manière suivante: Do, Fa, Sol, La, Si, Do, et, en ce qui concerne les touches noires de la manière suivante: Ré, Mi, Si bémol.

•  Octave Dulzian: anche de 8', souvent à la pédale.

•  Octave Tierce: Tierce d'octave 4/5'.

•  Octavflöte: petite Flûte de 2' (Flûte d'octave 2').

•  Octavlein: petite Octave 1' (équivalent en principe au Sifflet).

•  Onzième: Undecima, Undicesima, Undezime; intervalle à l'orgue qui est le redoublement de la quarte (octave + quarte); accord de "onzième" (orgues italiennes).

•  Ophicléide: instrument de la famille des cuivres, inventé en 1817 et breveté en 1821. Mendelssohn, Wagner, Berlioz composèrent pour cet instrument. A l'orgue: c'est une anche puissante, présente le plus souvent à la Pédale (en 16').

•  Orage: effet "orageux impressionnant" obtenu à l'orgue par enfoncement simultané des jeux graves. Autre définition (pour le cluster et aussi l'orage) tirée du lien suivant: cliquer ici, à savoir " groupe ou grappe de sons. Sur les instruments à clavier (orgue, piano, clavecin), technique qui consiste à enfoncer une série continue de touches avec la main à plat, le poing, l'avant-bras (ou le pied au pédalier). À l'orgue, un effet similaire, le tonnerre, était un cluster obligé (XIXe s.) : un système mécanique permettait de jouer une série fixe de notes graves de pédale ; l'effet esthétique médiocre fit abandonner ce procédé ".

•  Orgelbewegung (aussi Orgelreform): vers la fin du 19ème siècle, de nombreux facteurs d'orgues utilisent trop facilement et de manière extensive les progrès techniques: transmission électrique ou pneumatique. Ces progrès reculent les limites de la facture, entraînent la standardisation des jeux et de leurs tailles, la fabrication industrielle de ces jeux, permettent parfois leur agencement peu logique. Les facteurs se mettent à construire des orgues standardisées, souvent d'une qualité pas très soigneuse. Les orgues n'ont plus de style, ne permettent plus guère l'interprétation du répertoire classique-baroque et ne possèdent pas plus le génie des grands instruments romantiques. Enfin, certains facteurs se lancent dans la fabrication d'orgues imitant l'orchestre. La réaction contre cet état de fait sera le mouvement de l' "Orgelbewegung". Albert Schweitzer, Alsacien, donc nourri par les instruments de cette belle région (Silbermann...), éditera, en 1906, un ouvrage intitulé "Deutsche und französische Orgelbaukunst und Orgelkunst". Il devint le manifeste de l'Orgelbewegung, mouvement qui fut défini au 3ème Congrès de l'Orgue allemand à Freiberg en 1927. Schweitzer propose de réagir à la production "industrielle" de son instrument et à la dégénérescence de l'orgue romantique; il fallait revenir à un orgue plus classique, un orgue polyphonique. Désormais, chaque oeuvre allait pouvoir être interprétée sur l'instrument pour lequel elle avait été conçue. On est donc revenu à étudier les principes de la facture des orgues des siècles passés, dont de nombreux exemplaires étaient préservés en Allemagne, notamment. Mais, le retour assez strict à la facture du 18ème siècle, ne satisfaisait pas les organistes qui souhaitaient interpréter le répertoire des 19ème et 20ème siècles sur des instruments assortis aux pièces de ce répertoire. La synthèse entre l'orgue classique et l'orgue romantique semblait, pour certains, une solution idéale: c'était la facture de l'orgue "universel" qui pointait. Ce nouveau style d'orgue (pourvu d'au moins 3 claviers) ne réussit pas à faire la synthèse de techniques diverses, trop diverses pour autoriser, sans problèmes, la synthèse des éléments sonores. L'orgue moderne a désormais renoué avec son passé et se trouve riche de développements potentiels et de possibilités évolutives. Liens utiles: cliquer ici et aussi ici.

•  Orlos: une Régale = anche de 8' de type espagnol. Parfois placée en chamade.

•  Pauken: die Pauke en allemand signifie la timbale ou la grosse caisse. Le jeu d'orgue Pauken est un jeu accessoire reproduisant ou imitant le tambour ou un effet de timbale ou de grosse caisse. Cela peut se produire avec deux tuyaux accordés à la Quinte, de grande taille, et que l'on joue "staccato" pour imiter un roulement de tambour. 

•  Pfeife: à l'orgue, peut signifier le Fifre (1-2').

•  Philomela: jeu d'orgue de 8', au timbre rappelant le Rossignol (jeu ouvert). Se rencontre dans les instruments symphoniques du 19ème siècle. Ce jeu peut aussi être un genre de Flûte au timbre délicat. Voir ici.

•  Piccolo: Flûte ouverte de 2', mais aussi, moins communément, de 1'.

•  Piffaro: voir ci-dessus, sous Bifara.

•  Plein-Jeu: terme d'orgue qui consiste à réunir la Cymbale et la Fourniture. L'organiste compose lui-même son plein-jeu en appelant les 2 registres ci-dessus, ou un registre spécial portant le nom de Plein-Jeu. Le plein-jeu compte 3-10 tuyaux aigus par note. Le plein-jeu désigne aussi l'ensemble des jeux de fond et de mixtures de l'orgue. On préfère actuellement désigner cet ensemble par le terme de plenum. Il y a le grand Plein-Jeu du Grand-Orgue qui peut répondre au petit Plein-Jeu du Positif. Le Plenum est une registration particulière qui allie les Principaux (Montres, Prestants, Doublette, Bourdon) avec le jeu de Mixtures. On parle d' "organum plenum", en italien "organo pleno" ou "ripieno".

•  Portunal, Bordunal, Portunalflöte, Bordunalflöte: à l'origine, le Portunal était un équivalent du Bordunal (ou Bourdon). C'est un jeu de Flûte de 8' (ou 4') en bois ou en métal. Une variante, vers 1800, reproduisait un son qui rappelait un peu la Clarinette, grâce à une forme du tuyau conique inversée ou alors pyramidale. Mais ce ne fut jamais un jeu d'anche ! Pour information: cliquer ici.  

•  Pommer: jeu d'orgue qui se nomme ainsi (4' à 16'). C'est un genre de Bourdon. Selon l'ouvrage Lexikon der Orgel (2008), le Pommer serait un jeu très proche du Nachthorn (Cor de nuit). Il serait normalement bouché ("gedeckt"), si bien que le Rohrpommer désigne un Pommer à cheminée ! Du temps de la Renaissance et même encore au 18ème siècle, le Pommer aurait été, au contraire, un équivalent terminologique de la Bombarde avec une sonorité proche du Chalumeau.

•  Pommer Gedeckt: à l'orgue, un Bourdon bouché de 4'.

•  Posaune: ce terme signifie Trombone en langue allemande (orgues).

•  Prestant: jeu de 4' ouvert, à l'orgue, généralement au Grand Orgue et souvent mis en façade de l'instrument (en Montre). (C'est le Principal de 4').

•  Principal italien: jeu ouvert, brillant, de l'orgue italien (2', 4', ou 8').

•  Principal, principaux: famille de jeux de fond de l'orgue en bois et le plus souvent en métal. Le Principal existe du 32 pieds au 1 pied (32' au 1'); il constitue la base de la matière sonore de l'orgue. La section des tuyaux est moins large que celle des Flûtes, moins étroite que celle des Gambes, ce qui confère aux Principaux un timbre rond et franc. Selon sa hauteur, le Principal peut prendre un autre nom: Prestant 4', Doublette 2', Piccolo 1'. Placé en façade de l'instrument, donc en pleine vue, les Principaux portent le nom de Montre. Les Principaux servent à de nombreuses registrations destinées aux ensembles polyphoniques de l'orgue.

•  Progression: c'est le nom donné à une Mixture progressive qui ajoute des rangs successifs de tuyaux à mesure que les notes enfoncées progressent du bas vers , le haut du clavier. Cette mixture comprend donc plusieurs rangs, souvent jusqu'à 6 ou 9 rangs (exemple avec le Grand Orgue de Thann, en Alsace). Voir le lien: cliquer ici.

•  Quint Major: tuyau de 2 2/3'. Quint minor: tuyau de 1 1/3' (orgue).

•  Quintade, Quintatön: jeu d'orgue apparu au début du 16ème siècle. On l'appelle aussi Quintadena. C'est le plus souvent un tuyau de 8', mais aussi de 16' parfois, rarement de 4'; ce jeu est construit et accordé de telle manière qu'il fait distinctement entendre la Quinte "derrière" le son fondamental. Il est généralement en métal, étroit, de taille plutôt courte: on peut dire que le tuyau "quintoye".

•  Quintaton: jeu d'orgue bouché (du 4' au 32'), faisant entendre la Quinte.

•  Quinte: tuyau d'orgue pouvant aller de 1 1/3' à 10 2/3'.

•  Quinte Flûte: jeu ouvert de 4' (orgue de St.-Nicolas à Fribourg). Quinte flûtée.

•  Quinzième: (15ème) jeu ouvert produisant la 15ème (= 2'). Fréquent dans la terminologie des orgues anglais: Fifteenth.

•  Rankett: nom donné dans les orgues symphoniques à un jeu d'anche de 16'. Famille des Régales.  ,

•  Ranquette: jeu d'anche de 16' à la pédale (orgue). Genre de Régale.

•  Ranquette ou Rankett: jeu d'orgue = anche de 16'. Son origine remonte au 16ème siècle. Voici deux liens explicatifs pour le jeu de Ranquette ou Rankett: cliquer ici et ici.

•  Rauschbass: une Mixture, généralement de 3 rangs, présente à la Pédale (Rauschbass 3r 5 1/3').

•  Rauschpfeife: Mixture 2 rangs en facture d'orgue allemande. Dans l'orgue pré-baroque, ce jeu est, en principe, formé d'un rang de 2' et d'un rang de 1 1/3' (petite Mixture à la Quinte).

•  Régale: anche de 2 à 16' à l'orgue. Souvent au Grand Orgue ou à la Pédale. Toujours placée dans l'instrument de manière à être facilement accordée par même une personne seule.

•  Ripieno: en facture d'orgue: le Plein-Jeu des orgues italiennes, très riche en harmoniques et donnant à ces instruments l'éclat et le brillant qui les caractérisent (surtout les instruments anciens).

•  Rohrflöte: terme allemand pour la Flûte à cheminée à l'orgue.

•  Rohrgedackt: c'est le Bourdon à cheminée (en allemand).

•  Röhrenglocken: jeu d'orgue, mais aussi instrument d'orchestre, destiné à imiter les cloches (instrument à percussion). C'est donc une variante du Carillon. Voir le lien suivant: cliquer ici.

•  Rohrpommer: voir ci-dessus, sous Pommer. Un Pommer à cheminée.

•  Rohrquinte: c'est la Quinte à cheminée en allemand (peut aller de 1 1/3' jusqu'à 10 2/3').

•  Rossignol: jeu de l'orgue qui imite le chant du rossignol grâce à des tuyaux plongés dans une cuve remplie de liquide (eau) ! Voir ci-dessous, sous Vogelgesang

•  Schalmei: en facture d'orgue = Chalumeau (jeu d'anche).

•  Scharf: jeu de Mixture aiguë de 3-5 rangs (terme de facture allemande). Se référer ci-dessus sous Acuta.

•  Scharff (ou parfois Scherp): termes divers pour qualifier la Mixture aiguë 1'. 

•  Schwebung: deux tuyaux par note qui parlent en même temps avec un léger désaccord entre eux: il en résulte un effet "ondulant" provenant du mélange des deux fréquences (par exemple 256 et 254 Hz). Ce jeux porte le nom de Céleste en français. Voir le lien ici.

•  Schwiegel: serait, le plus couramment, une Flûte douce en 8, 4, ou 2', en métal, avec un tuyau surmonté d'une section conique.

•  Sedecima: est parfois appelé Sedetz et signifie "16ème". Cette dénomination est en fait "fausse", car, dans les orgues comprenant un jeu de Sedecima (16ème), on constate que ce jeu est en fait la double octave aiguë (à savoir: le Sedecima pour un 4' est un 1', le Sedecima pour un 8' est un 2', le Sedecima pour un 16' est un 4'). Or la numérotation correcte de la double octave aiguë est Decima Quinta (15ème): un 2' par rapport à un 8'. Voir: http://www.organstops.org/s/Sedecima.html .

•  Sifflöte: un tuyau ordinairement de 1 pied, mais occasionnellement, de 1 1/3' ou 2'. Famille des Flûtes. 

•  Sordun: ce jeu est, normalement, un gros Bourdon bouché de 16' (voire 32'), au timbre doux. Mais, attention, le même terme Sordun peut désigner un jeu de la famille des Régales (donc une anche !). Voir ici et aussi ici

•  Spitzflöte: désigne, en allemand, la Flûte dite "pointue" ou Flûte à fuseau (Flûte à tuyau de forme conique). 

•  Tempérament (tentative d'approche) : légère modification d'un intervalle acoustiquement pur, selon une division artificielle de l'octave. Le tempérament se pratique dans notre tradition occidentale moderne notamment pour faciliter l'accord des instruments à sons fixes. Le tempérament est égal: il y a division de l'octave en 12 demi-tons parfaitement égaux ce qui est actuellement le système acoustique le plus répandu dans la musique occidentale. Le demi-ton tempéré vaut un rapport complexe (= racine douzième de 2). Le tempérament inégal: division de l'octave en 12, demi-tons inégaux. Avant le tempérament égal (initié par Bach), plusieurs systèmes de tempéraments inégaux ont été utilisés (zarlinien, mésotonique, Werckmeister, Kirnberger, etc..), qui servent encore parfois actuellement pour accorder certains instruments à sons fixes. Le tempérament mésotonique: il raccourcit les quintes pour donner des tierces justes. L'erreur d'un comma syntonique est répartie sur les 4 quintes suivantes: do-sol, sol-ré, ré-la, la-mi. Chacune est donc diminuée d'un quart de comma syntonique. Il y a 8 tierces justes et une quinte appelée Quinte des Loups. Cette quinte est celle de Sol#-Mi-bémol. Cette quinte qui porte en fait toute l'erreur est dite "sacrifiée" car on ne peut pas s'en servir. Il n'est donc pas possible de transposer comme on veut car les tonalités contenant cette Quinte des Loups sont proscrites (c'est le système dit Pythagoricien). Le Comma Syntonique: la différence entre la tierce juste, intervalle séparant 2 notes dont les fréquences ont pour rapport 5/4 et la tierce, pythagoricienne, s'appelle comma syntonique et vaut 81/80. L'art du tempérament consiste à répartir ce COMMA (cette erreur) entre les intervalles de la gamme que l'on crée ! Le bon tempérament: il divise la gamme en 12 notes pour des intervalles tous jouables, donc SANS quinte des loups. Le tempérament égal consiste à ne garder aucune quinte juste et à répartir un douzième de l'erreur sur les 12 notes, soit 12 X 1/12. Ce tempérament égal est aussi appelé Gamme Tempérée adoptée dans la majorité des instruments à claviers actuels. Les quintes ne sont pas justes mais considérées comme bonnes, car elles ont toutes partagé l'erreur, les tierces par contre ne sont pas entièrement satisfaisantes. C'est la raison pour laquelle, pour accompagner des oeuvres polyphoniques anciennes, on préfère encore le tempérament mésotonique, parfois.

•  Tempérament mésotonique: lire dans les liens suivants: cliquer ici et ici, puis ici, et ici

•  Terzian: jeu de Mixture regroupant habituellement un rang 1 3/5' (Tierce), un rang 1 1/3' (Quinte) et un rang de 2' (Principal). Ce jeu de Terzian est donc bien proche de la Sesquialtera.

•  Tremblant: il y a le tremblant fort"vent perdu") et le tremblant doux: voir explication complète ici. Kanaltremulant = Tremblant doux. Bocktremulant = Tremblant fort (nous n'avons trouvé qu'une mention unique du terme Blocktremulant; le terme correct, vérifié, est Bocktremulant).

•  Tremulant: c'est le Tremblant, en allemand. Voir ci-dessus. 

•  Triforium: en architecture médiévale, architecture gothique des églises et cathédrales, le triforium est cette galerie très étroite qui est aménagée au-dessus des arcades séparant la nef des bas-côtés et au-dessous des grandes baies vitrées qui assurent l'éclairage de la nef. Grâce au triforium, l'élévation de la plupart des cathédrales gothiques est à 3 niveaux: arcades de la nef - triforium - baies vitrées.

•  Traegedakt: équivalent danois de Holzgedackt (Bourdon en bois).

•  Tromba: jeu d'orgue italien signifiant Trompette. (Eventuellement Trompe).

•  Trommet ou Tromete: c'est le terme allemand, plutôt ancien, pour la Trompette. En allemand, Trompette ne prend qu'un " t " = Trompete !

•  Unda Maris: généralement un jeu doux dans l'orgue symphonique avec "effet céleste et ondulant". (voir sous Céleste, ci-dessus).

•  Untersatz: désigne un Gros Bourdon (32') à la Pédale.

•  Violflöte: en allemand Viole-Flûte à l'orgue (jeu ouvert de 8').

•  Vogelgesang: jeu qui désigne aussi, et environ, le Rossignol (Nachtigall). C'est le Chant d'oiseau. Notamment, les tuyaux courbés de ce jeu peuvent plonger dans un récipient contenant de l'eau. En plus, un conduit amène de l'air dans l'eau, ce qui provoque des vagues et les bruits émis par l'ensemble imitent remarquablement les gazouillis d'oiseaux. Ce jeu, est apparu probablement au début du 16ème siècle.

•  Voix céleste (Vox Coelestis) : voir la définition dans le lien suivant: cliquer ici

•  Voix Humaine: la Voix humaine ou Vox humana est un jeu d'orgue de la famille des Jeux d'anche, spécifiquement à anche battante. Pour comprendre, cliquer ici et aussi ici. Voir aussi ci-dessous, le terme Vox Umana.

•  Vox Umana (Voix humaine): La Vox Humana est un jeu d'anche au sens de la facture française, notamment (cliquer ici). Dans l'orgue italien, la Vox Umana peut être un jeu ondulant et non pas un jeu d'anche (cliquer ici) : " an important Italian stop of the 16th century onwards; it had treble compass Principal-scaled pipes mistuned with the Principale 8', and thus producing an undulating effect (Schwebung), more singing and less reedy than 19th-century celeste stops. It was sometimes called Voce umana ". En facture française: " The Voix Humaine was a standard voice in the Grand-Orgue division of the French Classic organ, where it was always used with the 8' Bourdon and the tremblant doux, and often with the 4' Flute as well " (tiré du site Organstops.org).

•  Waldflöte: Flûte sylvestre (en général un 2'). 

•  Weidenpfeife: une dénomination allemande pour le Salicional, parfois dans certains orgues.

•  Weitpfeife: serait un terme, en allemand, voisin de la Blockflöte. 

•  Weitprincipal: le terme "weit" peut signifier, en allemand, "large" ou "éloigné". Un Weitprinzipal peut être un Principal de large diamètre par opposition à un Principal étroit, ou un Principal d'Echo (donc éloigné, ou placé par exemple dans le soubassement de l'orgue). Voir ici : cliquer.

•  Wienerflöte : flûte viennoise, jeu allemand ouvert de 4 ou 8'.

•  Woodflute: jeu de Flûte en bois de 2' (dénomination anglaise et néerlandaise).

•  Zart Gedackt: Bourdon doux, tuyau bouché de 8'. On dit aussi Zart Gedeckt.

•  Zartflöte: Flûte douce. Jeu ouvert de 4-8'.

•  Zauberflöte: littéralement Flûte magique harmonique (jeu bouché de 2 à 8').

•  Zifflöte: Flûte de 1' en allemand. 

•  Zimbel: Cymbale 2-3 rangs (terme allemand de facture d'orgue pour la Cymbale). 

•  Zimbelstern: jeu à effet de Cymbale (en étoile). Ce jeu est assez souvent présent dans les instruments de l'Allemagne du Nord (une étoile est alors visible en façade de l'orgue). Pratiqué par le facteur suisse Felsberg, actuellement. L'étoile met en mouvement des marteaux qui frappent sur de petites cloches ou de petits timbres métalliques. Voir le lien ici: cliquer ici.

•  Zink: jeu de Clairon à l'orgue en allemand (anche 2-8'). Zink est la traduction en allemand du Cornet à bouquin, un instrument ancien qui est revenu à la mode. Voir sous Zinke aussi. 

•  Zinke: en facture d'orgue : un Clairon de 4 à 8' (jeu d'anche souvent à la pédale : terme de facture allemande). Zink (parfois Zinke): c'est le nom chimique du Zinc, métal souvent utilisé pour confectionner les résonateurs des jeux avec anche. Ce jeu, fort ancien d'origine (vers 1490), aurait d'abord désigné un jeu à bouche (Michael Praetorius, Syntagma II, page 146). Cette désignation fut abandonnée pour désigner, avec le terme Zink (Zinke), un jeu à anche avec des résonateurs en métal (le plus souvent du Zinc). Ce jeu se trouve, dès 1700 environ, sous forme de 2', 4' ou même 8'.

 

Haut de page

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 VTX Webpme. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by VTX
Retour Homepage